VOTE | 42 fans

#102 : Les premières pièces

 

Mark et Demetri se rendent dans l'Utah pour rechercher un suspect qui serait connecté avec le blackout global. Olivia fait face avec l'homme de sa vision.

Popularité


5 - 2 votes

Titre VO
White To Play

Titre VF
Les premières pièces

Première diffusion
01.07.2010

Première diffusion en France
11.05.2011

Vidéos

Sneak Peek#1

Sneak Peek#1

  

Sneak Peek#2

Sneak Peek#2

  

Plus de détails

Scénaristes: David S. Goyer ; Marc Guggenheim - Réalisateur: David S. Goyer

Guest Stars: Shohreh Aghdashloo (Nhadra Udaya) ; Lee Thompson Young (Al Gough) ; Lynn Whitfield (Anastasia Markham) ; Marina Black (Sheriff Keegan) ; Michael Massee (The chess player) ; Alan Ruck (Tomasi) ; Lisa Darr (Principal Byrne) ; Stephnie Weir (Deirdre "Didi" Gibbons)

Audiences US: 10,78 millions de téléspectateurs
Audiences FR - Canal + : 700 000 téléspectateurs - Tf1 : 2 400 000 téléspectateurs

Distribution :

Distribution complète de l'épisode :

Joseph Fiennes → Mark Benford
John Cho → Demetri Noh
Jack Davenport → Lloyd Simcoe
Zachary Knighton → Dr. Bryce Varley
Peyton List → Nicole Kirby (crédit seulement)
Brian F. O'Byrne → Aaron Stark (comme Brían F. O'Byrne)
Courtney B. Vance → Stanford Wedeck
Sonya Walger → Dr. Olivia Benford
Christine Woods → Janis Hawk
Shohreh Aghdashloo → Nhadra Udaya
Lee Thompson Young → Al Gough
Lynn Whitfield → Anastasia Markham
Marina Black → Sheriff Keegan
Michael Massee → D. Gibbons
Alan Ruck → Tomasi
Lisa Darr → Principal Byrne
Stephnie Weir → Didi Gibbons
Lennon Wynn → Charlie Benford
Ryan Wynott → Dylan Simcoe
Sufe Bradshaw → Ms. Gerber
Curtis Harris → Zack

RESUME FRANCAIS :

Après le blackout mondial, toute la population tente de vivre normalement, mais les difficultés sont énormes pour chacun. Le couvre feu est déclaré et l'armée est dans les rues.

Olivia Benford fait la connaissance du père de Dylan, Lloyd Simcoe. Elle reconnaît immédiatement l'homme de sa vision, mais lui ne semble pas se souvenir d'elle, il n'a pas vu son visage. Charlie reconnaît Dylan et est prise de panique.

Le gouvernement ne semble pas apprécier que la cellule du FBI de Los Angeles s'est auto saisie de l'enquête du plus grand événement mondial de tous les temps. Mais la découverte du « suspect zéro », qui était éveillé pendant le blackout semble convaincre l’envoyée de Washington.

Une femme qui tient une pâtisserie, Didi Gibbons, se rend au FBI pour voir l'agent Demetri Noh. Elle s’est faite usurper son identité par un homme qui se sert de sa carte bancaire.

Dimitri Noh et Mark Benford se rendent à Pigeon dans l’Utah pour enquêter. Ils y retrouvent la shérif Keegan, qui elle aussi n'a pas eu de vision. Si dans un premier temps Dimitri est rassuré de connaître une autre personne sans vision, lorsque la shérif se fait tuer, l'agent Noh se persuade qu'il va lui aussi mourir.

Le FBI parvient à retrouver la piste de D. Gibbons, mais celui ci disparaît en détruisant son repère. Le FBI récupère cependant une série d'indices. Depuis le blackout, D. Gibbons a piraté de nombreux sites clés : l'observatoire du Nouveau Mexique, le CERN à Genève, le réseau GPS,...

D. Gibbons a utilisé son téléphone portable avant et pendant le blackout. Le FBI découvre qu'il était en communication avec quelqu’un qui se trouvait dans le stade de Detroit. Il était donc en contact avec le « suspect zéro » pendant le blackout. Le FBI réalise ainsi que plusieurs personnes ont échappé au blackout.

Une femme anonyme appelle l'agent Noh : dans sa vision, elle lisait une note top secrète sur le meurtre de l'agent Dimitri Noh qui aura lieu le 15 mars 2010.

Charlie parle enfin de sa vision à son père : elle lui dit que D. Gibbons est un homme mauvais…

 

RESUME ANGLAIS :

It’s a jarring, horrifying image as we see a group of seemingly unconscious children on the ground of a schoolyard. Only Mark and Olivia Benford’s daughter, Charlie, is standing. She wears an unsettled look on her face as she clutches her favorite stuffed doll, Squirrelio. Thankfully, the kids are only playing a game called blackout. Everyone is having fun. Everyone but Charlie.

Charlie won’t talk about her vision with the other kids and gets into a fight when a bully rips her doll. Charlie’s teacher wants Mark and Olivia to ask their daughter about her vision, as she has yet to talk about it. Mark fears it’s because Olivia’s flash showed her with another man. What if Charlie saw this, too? The little girl may be worried that her family is falling apart, as Mark and Olivia continue to try to convince themselves that it surely isn’t. Mark tells his wife, “It’s gonna take a helluva lot more than fate if you want get rid of me.”

At the FBI office, the team is visited by the Deputy Secretary of Homeland Security, Anastasia Markham (guest star Lynn Whitfield). Janis briefs her on the Mosaic Collective Web site. They are looking for patterns from the hundreds of thousands of stories that have already been submitted. Markham is less than impressed until she sees the video of the solitary figure at a Detroit stadium, the one who was awake during the blackout. They’re calling him “Suspect Zero.” Cool name, right? Video forensics suggests the subject is male, 5’8” and about 150 pounds.

Olivia brings Charlie to the hospital with her. Although she’s swamped with patients, her first order of business is to suture the wounds sustained by her little girl’s doll. While Olivia is stitching up Squirellio, she meets the father of the young boy she saved. His name is Lloyd Simcoe and he’s the man she saw in her vision.

Olivia is understandably freaked but seems to settle down when it becomes apparent that Lloyd doesn’t recognize her. Nevertheless, she shifts Lloyd’s son’s case to Bryce, who seems to be taking things in stride. Bryce was suicidal before his flash but now feels “there’s a gift in the knowing.” He tries to comfort Lloyd, who is struggling to find a way to tell his autistic son, Dylan, that his mom died during the blackout.

When Olivia points out Lloyd to Charlie, she doesn’t know who he is. But when Charlie sees Dylan in the hospital bed, she gets very upset. She screams, “Who hurt Dylan?” Olivia is thoroughly confused, as are we. She asks her daughter how she knows Dylan. Charlie says she saw him in her dream. She tells Mark what happened at the hospital. He’s a little unhinged by the fact that Olivia has now literally met the man of her dreams.

Demetri notices that Mark is wearing the friendship bracelet from his vision. He says that by putting that thing on, Mark wants the future to happen. Based on the belief that Olivia’s with someone else, he’s drinking again and assassins are trying to kill him, we’re pretty sure that’s not the case. Nevertheless, we totally get why Demetri is so upset. He fears the worst for himself because he didn’t have a vision.

Mark and Demetri are investigating the name “D. Gibbons” that was posted on the bulletin board during Mark’s flash when Janis steps in to say that a D. Gibbons has just walked into their office. Actually, it’s Didi Gibbons, the owner of a cupcake store in Anaheim. She even brought some samples. The carrot cake ones look especially tasty. In Didi’s vision, she was on the phone arguing with someone over her credit card. She tells the other caller they need to talk to FBI agents Benford and Noh.

Janis runs a check on Didi but she’s pretty much a girl scout. The only odd thing is that her credit card account was charged almost simultaneously in two different locations last week. Someone was using a clone credit card somewhere in Utah. Didi mentioned the word “pigeon” in her flash and they discover it refers to a location: Pigeon, Utah. D. Gibbons purchased a bus ticket, as all planes are still grounded. Mark and Demetri chopper into Utah to find their person of interest before he skips town.

When they arrive, Demetri learns that the local sheriff did not have a vision either. They wait by the bus station, but the subject never shows. As they are wrapping things up, Mark notices a vacant doll factory next to the station. In Mark’s vision, there was a photo of a burned doll next to a card with the name D. Gibbons.

The place is extremely eerie, with dolls hanging from the rafters in nooses. A shadow is seen in the upper level. As Mark moves up the stairs, he triggers a booby trap. Bells ding, gears squeak and we hear a recording of a totally creepy rendition of ring-around-the-rosy. “Freeze!” Mark yells as they storm into the upper loft to find a silhouetted figure standing with his back to them.

The figure ominously says, “He who foresees calamities suffers them twice over.” Anyone else totally freaked out by this guy? Mark is caught off guard by the statement. Things quickly spiral out of control. The figure flicks a lighter and drops it into some bubbling liquid. Flames whoosh! The sheriff is shot dead. An explosion rocks the building and the figure escapes.

In the aftermath, a photo is taken of a charred doll. It’s the same picture from Mark’s flash. A cell phone and a chess piece are also found. The chess piece suggests D. Gibbons was playing a game with another person. A photograph of a burnt doll with a shell casing is snapped and, you guessed it, it’s the same picture from Mark’s flash. There are also signs that D. Gibbons was using the place as a hideout as he attempted to hack into computer networks around the world. It seems they aren’t the only ones investigating the blackout.

Back at the FBI office, Janis is able to determine that the cell phone belonging to D. Gibbons was used 30 seconds into the blackout, which means he was also awake. They trace the call to a second cell, one that was used at a baseball stadium in Detroit. Janis says, “D. Gibbons was talking to Suspect Zero.”

Janis is still confused by the fact that she was pregnant in her flash as blonde woman performs a sonogram. Demetri is still uneasy about his lack of a vision, especially since the sheriff who was just shot dead was flashless in Utah. They both opt to enter their stories into the Mosaic Collective. Later, Demetri receives a call from a foreign-sounding woman who read his post. She says her vision involved him. She read in an intelligence briefing that on March 15, 2010 he is going to be murdered.

When Lloyd finally tells his son that his mother died, Dylan says, “I want to see Olivia.” Other than the fact that she saved his life, just how does Dylan know her?

Back at the Benford home, Olivia wonders why Mark has built a fire. We know why instantly once we see Charlie’s friendship bracelet engulfed in flames. When Mark stops up to check on Charlie, he asks her if she saw something scary in her vision. She nods despondently before saying the words, “D. Gibbons is a bad man.” That sensation you’re undoubtedly feeling right now is a chill running down your spine.

[L’épisode s’ouvre sur un plan de la terre vue de l’espace. Alors que le plan se rapproche de la Terre, on entends une petite chantonner une comptine]

Rose joue le matin
Un bouquet d’romarin
descend dans la pénombre
tout le monde tombe

Rose joue le matin
Un bouquet d’romarin
descend dans la pénombre
tout le monde tombe

Rose joue le matin
Un bouquet d’romarin
descend dans la pénombre
tout le monde tombe

[La caméra s’arrête finalement sur une cours de récréation où de nombreux enfants sont allongés. La comptine continue, mais avec plus de voix d’enfants]

Rose joue le matin
Un bouquet d’romarin
descend dans la pénombre
tout le monde tombe

[Charlie est la seule debout, sa peluche à la main, regardant les autres enfants par terre. Tout à coup, tous les enfants se lève en même temps et commencent à se parler les uns aux autres. La comptine continue à l’arrière plan.]

Rose joue le matin
Un bouquet d’romarin
descend dans la pénombre
tout le monde tombe

[Un petit garçon se lève le premier]

Garçon #1 : Ca y est ! Tout le monde se réveille.

Fille #1 : Qu’est-ce que t’as vu, toi ?

Fille #2 : Mes parents et moi, on était à Disneyland !

Fille #3 : Et toi ?

Garçon #2 : J’ai vu un poney.

Garçon #1 , à Charlie : Qu’est-ce que t’as vu Charlie ?

CHARLIE : Ca te regarde pas.

Fille #1 : C’est le black-out, tout le monde doit jouer, c’est obligé.

CHARLIE : Moi j’ai pas envie de jouer.

Garçon #1 : T’as pas le choix, t’es forcé de nous dire ce que t’as vu.

[Le garçon attrape la peluche de Charlie]

CHARLIE : Non ! Rends-le-moi !

Garçon #1 : Dis-nous c’que t’as vu !

[Tous les enfants crient. Le garçon arrache la queue de la peluche. Charlie pousse le garçon à terre et ramasse la queue. La principale de l’école arrive en courant pour gronder Charlie. Elle n’a pas vu ce qui s’est passé avant que le garçon ne finisse par terre.]

Mlle GERBER : Charlie ! Charlie ! Tu sais qu’on a pas le droit de taper les autres. [Charlie regarde la principale sans bouger] Tu vas venir avec moi, tout de suite ! [Charlie s’enfuit et la principale la poursuit] Charlie… Charlie, où tu vas ? Reviens ici ! Charlie ! [Les enfants crient toujours et regardent Charlie essayer de s’enfuir. Charlie sort de l’enceinte de l’école.] Charliiiie !

[Charlie arrive à l’intersection, traverse la rue sans regarder, failli se faire renverser par deux voitures, et se retrouve nez à nez avec un barrage militaire. On entend des hélicoptères voler pas très loin.]

Militaire, dans sa radio : Le barrage est en place. Attendons instructions. Je répète le barrage est en place.

[LOGO/GENERIQUE FLASHFORWARD]

[Réunion AA – Un homme de l’audience est en train de parler. Mark est là, aux côtés d’Aaron]

Homme : Je suis complètement largué depuis que j’ai eu cette vision. Ils disent qu’on doit vivre au jour le jour, sans pense au lendemain. Mais je vois pas comment je pourrai y arriver avec cette épée de Damoclès au-dessus de ma tête. Chaque jour me rapproche un peu plus de ce que j’ai vu. [On voit des extraits du flash de Mark] Et j’ai l’impression de rien pouvoir faire pour éviter ça. Alors aujourd’hui je suis là… et vous êtes là à me regarder bêtement…

MARK, murmurant à Aaron : Il a picolé …

Homme : … et vous n’avez aucune réponse à m’apporter. Nan, parce qu’il y a pas de réponse, parce que ces réunions nous font perdre notre temps !

MARK : Moi j’ai une réponse à te donner. Tu devrais aller faire un tour dehors, histoire de te calmer et nous épargner tes délires de poivrot.

 

[La réunion est terminée. Aaron et Mark sortent du bâtiment]

AARON : Ecoute, ça me met mal à l’aise moi aussi. Mais tu sais bien qu’en réunion on n’interrompt jamais une personne qui prend la parole.

MARK : Je sais. Mais tu prends pas la parole quand t’es déchiré. Désolé, mais j’ai pas à le supporter. J’ai assez de problèmes comme ça en ce moment.

AARON : Et lui aussi, il en a. T’as peur de perdre Olivia, t’as peur de retomber dans l’alcool dans les mois qui viennent… En ce qui le concerne, c’est déjà fait. Ca revient au même, non ? Vous essayez tous les deux de garder la tête hors de l’eau. Regarde tous ces gens… Chacun d’entre eux a vécu exactement la même expérience que nous. Ils se sont retrouvés face à leur avenir. La seule différence, c’est que la plupart d’entre eux n’ont pas de groupe de parole pour les aider à affronter ce qu’ils ont vu. C’étaient peut-être e bonnes choses, c’était peut-être horrible, peut-être inexplicable… Mais ce qui est sur, c’est que tout le monde l’a vécu, chaque être humain sur cette planète. Moi, je… j’ai vu ma fille vivante. Comment t’expliquer cela ? Tu peux aller voir n’importe quel inconnu dans la rue et lui demander « Vous avez vu quoi ? » Il saura exactement de quoi tu parles. Quand, dans toute l’histoire de l’humanité, un truc pareil s’est déjà produit ? On est tous des prophètes maintenant.

 

[Locaux du FBI – Wedeck jette des dossiers personnels sur la table de conférence autour de laquelle sont rassemblés une douzaine d’agents du FBI, dont Mark, Olivia et Demetri]

WEDECK : Six agents ont démissionné ce matin. Ce qui nous fait un total de dix-huit en à peine trois jours. Je sais ce que vous traversez. On est tous sous le choc en ce moment. Tout le monde dans ce bâtiment est terrifié, plein d’espoir ou paumé en fonction de ce qu’il ou elle a vu. Mais contrairement à ceux qui ne sont pas dans ce bâtiment, nous, on a le devoir de mettre nos histoires personnelles de  côté parce que c’est vers nous que tous les gens de ce pays se tournent quand le monde menace de s’effondrer.

[Une personne applaudit le speech]

ANASTASIA MARKHAM : Impressionnant. Ca valait le coup de venir de Washington avec un convoi militaire rien que pour ce petit discours.

WEDECK : Je vous présente la vice-secrétaire d’Etat, Anastasia Markham, département de la sécurité intérieure.

ANASTASIA MARKHAM : J’avais entendu dire qu’un bureau local du FBI s’était lui-même désigné seul et unique responsable de l’enquête concernant le Black-Out.

MARK : Si un autre Bureau ou un autre organisme a aussi eu une vision de cette enquête et dispose de plus d’informations que nous, dites le moi. [Son téléphone portable se met à vibrer] Je leur enverrai tout ce que j’ai sur l’affaire. Excusez-moi. [Regarde son téléphone et se lève] Ma fille a un problème à l’école.

 

[Ecole de Charlie – Charlie attend dans le couloir. Olivia est dans le bureau d’une maitresse]

OLIVIA : Qu’est-ce que les enfants faisaient à ce moment-là ?

MAITRESSE : Ils jouaient au Black-Out. Les jeux de rôle de ce type sont fréquents, c’était pareil après le 11/09 et le passage de Katrina.

MARK : Attendez, je… je comprends pas en quoi elle est différente des autres enfants.

MAITRESSE : Eh bien, euh, les autres enfants parlent de ce qu’ils ont vu, comme nous tous. Le fait que Charlie refuse d’aborder le sujet cache peut-être quelque chose de plus profond. Tout va bien à la maison ?

OLIVIA : [repense à la discussion qu’elle a eu avec Mark sur son flash « J’étais avec un autre homme »] Oui, ça va.

MAITRESSE : Est-ce qu’elle vous a confié ce qu’elle a vu ce jour-là ?

MARK : En fait, on part du principe qu’elle nous parlera de sa vision quand elle sera prête.

MAITRESSE : Vous devriez peut-être envisager une autre approche et lui poser directement la question.

 

[Cour de récré de l’école - Charlie joue un peu à l’écart, pendant que ses parents discutent]

MARK : Bon, écoute. On a ni l’un ni l’autre envie d’en parler.

OLIVIA : Mais ?

MARK : Charlie était pas dans ma vision quand j’étais au bureau. Alors on peut supposer qu’elle était… à la maison avec toi.

OLIVIA : Où tu veux en venir ?

MARK : Tu as dit que tu avais vu un autre homme. Quelqu’un…

OLIVIA : Que j’ai jamais rencontré. Et même si je le rencontrais maintenant, je ferais tout pour l’éviter. Je ne lui adresserai même pas la parole. Il faut me croire.

MARK : Oui. Mais dans ta … ta vision, tu étais en couple avec lui. Tu avais des sentiments pour lui. Et il était dans notre maison. Il se peut que Charlie ait vu un homme elle aussi.

OLIVIA : Mais on ne sait pas ce qu’elle a vu !

MARK : Il était 22h ! Elle était forcément à la maison. C’est l’hypothèse la plus crédible. Tu le sais aussi bien que moi Olivia. Si elle est si perturbée, c’est parce qu’elle croit que ses parents sont sur le point de se séparer.

OLIVIA : Mais y a pas de raison qu’on se sépare ! Je ne vais pas laisser un homme que je ne connais même pas débarquer dans nos vies du jour au lendemain et détruire tout ce qu’on a construit tous les deux. Ca n’arrivera pas !

MARK : Non, je n’ai pas dit que ça arriverait. Mais… ça change rien au fait que Charlie ait besoin de sentir que son papa et sa maman sont unis. C’est toujours le cas, Olivia ?

OLIVIA : J’ai appelé un avocat spécialisé dans le divorce ce matin.

MARK : C’est marrant, moi j’ai vu le mien hier soir.

OLIVIA, souriant : Alors notre couple est un désastre.

MARK : C’est le niveau d’alerte maximale.

OLIVIA : Le summum du niveau d’alerte maximale.

MARK : Ouais. Enfin, si ça existe. [Olivia rigole, Mark lui caresse la joue puis l’embrasse] Il va falloir trouver une force plus puissante que le destin si tu veux te débarrasser de moi. On ne laissera rien ni personne nous séparer. [Olivia embrasse la main de Mark]

 

[Salle de conférence du FBI]

ANASTASIA MARKHAM : Si j’ai bien compris, vous vous êtes abrogé le droit d’utiliser les ressources du FBI pour créer un site internet ?

JANIS : On l’a appelé la Mosaïc Collective. Le but de ce site web est de permettre à autant de personnes que possible de nous faire part de ce qu’elles ont vu au cours de leur vision. Dans les 17 heures qui ont suivi l’ouverture officielle du site, on a reçu plus de 600 000 réponses pour le moment. [Janis montre le site internet sur grand écran] Les informations que l’on a réunies semblent confirmer que si l’on rassemble les visions de plusieurs personnes différentes, on finit par obtenir une image précise, « mosaïque », de ce qu’il va se passer le 29 avril. On utilise les algorithmes du réseau Echelon pour intercepter les mots suspects et pour rechercher d’éventuels schémas récurrents dans l’espoir que cela nous conduise une piste. Et que cela nous permette d’expliquer ce qui a provoqué le black-out, le but étant d’empêcher que cela se reproduise.

ANASTASIA MARKHAM : Vous dépensez des millions de dollars pour un simple espoir ? [Wedeck hoche de la tête] C’est réconfortant ! Mais comment vous pouvez être aussi sûr de vous ? Comment vous pouvez être sûr qu’il s’agissait bien d’un évènement planifié ?

AL : Le Black-out s’est produit à exactement 11h du matin, heure de la côte ouest. Il y a 60 minutes dans une heure, et 60 secondes dans une minute. Donc les chances qu’un évènement de ce genre ait lieu à l’heure pile sont de 1 à 3600.

WEDECK : En d’autres termes, que le black-out se soit produit par hasard, parait à l’heure actuelle très peu plausible.

DEMETRI : Ca dépend, je pourrais vous donner une liste plus longue que le bras d’évènements imprévus qui ont eu lieu à l’heure pile.

ANASTASIA MARKHAM : Il a raison. Pour l’instant, ce ne sont que des suppositions. Il y a pas mal de gens qui croient que ce sont les extraterrestres qui ont fait ça. D’autres personnes pensent que le jugement dernier approche. Mais le gouvernement n’a pas l’intention de contribuer à la confusion générale en inventant des théories fumeuses et des hypothèses invraisemblables ! [Wedeck lance un enregistrement fait dans un stade de baseball] Bon, qu’est-ce que c’est que ça encore ?

WEDECK : Notre hypothèse invraisemblable. Cette séquence a été filmée au stade d’Oxy, à Détroit, pendant le black-out. [La vidéo zoome sur un homme marchant près de la sortie du stade alors que tout le monde est évanoui] A notre connaissance c’était la seule personne sur terre à être éveillée à ce moment-là.

ANASTASIA MARKHAM : Eveillée ?

WEDECK : On ne sait pas comment il ou elle a été épargné ni pourquoi. Mais vous vous doutez bien que cela a suscité notre intérêt. Et maintenant, ça suscite le votre ?

 

[Devant l’hôpital – Olivia et Charlie passent devant un mur où sont accrochées de nombreuses photos. Des personnes regardent les photos à la recherche d’un visage familier et d’autres en accrochent encore]

CHARLIE : Maman, c’est quoi ça ?

OLIVIA : Ce sont les photos de personnes que leurs familles ou leurs amis aimeraient retrouver.

CHARLIE : Pourquoi, ils se sont perdus ?

OLIVIA : Ben, euh… pour l’instant on doit nettoyer toute la ville. Mais quand on aura fini, on retrouvera tout le monde.

CHARLIE : C’est vrai ? T’en est sûr ?

OLIVIA : Oui ! Super méga sûr ! Viens, on y va. [Olivia et Charlie s’arrête au point de contrôle] Bonjour. Où est-ce que je l’ai mis ? [Olivia fouille dans son sac pour retrouver son badge d’identification et le montre aux soldats qui l’autorisent à passer] Allez, ma puce, dépêche-toi.

 

[Dans l’hôpital]

OLIVIA : On va faire comme on a dit dans la voiture. Tu vas être super méga mignonne.

CHARLIE : D’accord maman.

OLIVIA : On va aller voir Debbie. C’est elle qui va s’occuper de toi pour l’instant. Ensuite …

[Bryce les rejoint]

BRYCE : Tient, Charlie, qu’est-ce que tu fais là ?

OLIVIA : Salut ! On a eu un souci à l’école et la baby-sitter nous a plantés. Qu’est-ce qu’on a ?

BRYCE : Euh… le nombre d’admission a diminué, ce qui est une bonne chose parce qu’on a plus de couloir où mettre des lits.

OLIVIA : Comment va le conducteur du camion ? Vous l’avez ex-tubé ?

BRYCE : Oui, et ses constantes sont stables. A part ça, Mr Simcoe, le père du gamin qui a eu un accident de voiture veut vous rencontrer.

OLIVIA : Ah, oui… Il faut que j’aille le voir. J’ai un peu l’impression de passer ma vie au bloc en ce moment.

CHARLIE : Et Currio ? Il est blessé.

BRYCE : Je le mets en soins intensifs ?

[Ils s’arrêtent de marcher et Olivia soupire]

 

[Dans une salle de consultation  de l’hôpital – Olivia est en train de faire des sutures à Currio pour raccrocher sa patte]

CHARLIE : Attention ! Tu vas lui faire mal !

OLIVIA : Non, je soigne sa patte. Tu sais ce qui pourrait l’aider à guérir plus vite ? 10 CC de lait bien chaud et des cookies ! Vous croyez que vous pouvez me trouver ça docteur ? [Charlie hoche vivement de la tête] Génial ! Va demander à Debbie.

[Charlie sort en courant. Olivia finit de recoudre Currio. Un homme entre dans la pièce]

LLOYD : Docteur Benford, je suppose. [Il tend la main] Je m’appelle Lloyd Simcoe.

[Olivia se retourne vers l’homme et revoit son flash : Lloyd assis torse nu sur le canapé de son salon. Elle le fixe du regard sans rien dire pendant quelques secondes]

OLIVIA : Oh, c’est très embarrassant !

LLOYD : Pourquoi ? Y a pas de raisons ! Excusez-vous d’avoir déserté le chevet de mon fils, et passons à autre chose.

OLIVIA : Vous voulez dire qu’on ne s’est jamais rencontré ?

LLOYD : Oui, c’est justement le reproche que je suis en train de vous faire. [flash : Lloyd sort de la chambre d’Olivia en disant « Excuses moi, il faut que je passe un coup de téléphone »] Ca fait trois jours que je campe dans la chambre de mon petit garçon en attendant de pouvoir rencontrer le mystérieux chirurgien qui lui a sauvé la vie.

OLIVIA : Je, je vous demande pardon, mais depuis le black-out je suis absolument débordée. C’est pour cela que je n’ai pas pu… aller le voir.

LLOYD : Oui, je sais.

OLIVIA : Votre fils a surement aussi un jouet préféré.

LLOYD : Je ne sais pas trop. A vrai dire, étant donné son état, on a du mal à savoir exactement ce qu’il pense. Il est autiste.

OLIVIA : Il se situe où sur le spectre ?

LLOYD : Euh… je vous avoue que je ne maitrise pas trop la terminologie. La mère de Dylan et moi, o, s’est séparé peu de temps après qu’il ait été diagnostiqué et, comme si cela ne suffisait pas, sa mère, enfin, euh, ma femme, est décédée pendant le black-out.

OLIVIA : Je sais, toutes mes condoléances.

[Olivia s’éloigne de la table pour prendre quelque chose dans un tiroir, elle a son dos tourné vers Lloyd]

LLOYD : Merci. D’ailleurs, je n’ai toujours pas trouvé le courage de l’annoncer à Dylan. Euh, oh ! Pardon ! [Olivia se retourne et se retrouve nez à nez avec Lloyd. Il se recule un peu] Et j’ai encore énormément de questions concernant son état. Alors si…

OLIVIA : Rassurez-vous, vous êtes entre de très bonnes mains avec le docteur … Varley. Il devrait pouvoir répondre à toutes vos questions.

[Olivia détourne son attention de Lloyd et se concentre sur Currio. Lloyd ne sait pas trop quoi faire]

LLOYD : Très bien. Ah, euh, bonne chance pour l’opération. [Il finit par sortir de la salle]

 

[Locaux du FBI – Mark sort de l’ascenseur et Demetri l’interpelle]

DEMETRI : Ah, t’es revenu ! Charlie va bien ?

MARK : Ouais, ça va.

[Demetri remarque le bracelet que porte Mark et l’arrête]

DEMETRI : D’où tu sors ça ?

MARK : Charlie l’a fait pour moi.

DEMETRI : Mais c’est le même bracelet que dans ton flash.

MARK : Ouais.

DEMETRI : Et tu le porte ?

MARK : Ca se voit que t’as pas d’enfant ! Charlie est complètement traumatisée. J’ai pas envie qu’elle angoisse encore plus parce que j’ai pas accepté son cadeau.

DEMETRI : C’est pas parce que tu l’accepte que t’es obligé de le porter.

MARK : C’est quoi ton problème ?

DEMETRI : Si tu mets ce bracelet, ça veut dire que tu espère que ce que t’as vu se produira.

MARK : Crois-moi, c’est pas le cas. Loin de là. [Ils entrent dans le bureau de Mark] Mais je crois savoir pourquoi tout cela te perturbe à ce point. C’est pas mon avenir qui t’inquiète en réalité. C’est le tien. Tu as peur de ce qui pourrait t’arriver, et si les visions que l’on a eu sont réellement une fenêtre sur l’avenir, on doit faire tout ce qui est en notre pouvoir pour tourner à notre avantage, les informations dont on dispose. Commençons par D. Gibbons. On a trouvé quelque chose qui a un rapport avec ce nom ?

DEMETRI : Il y a environ 15'000 D. Gibbons dans le monde. 4'000 aux Etats-Unis et à peu près 1'000 qui ont un casier judiciaire. Le FBI a appelé la police locale en  renfort pour les interroger, mais cela va prendre pas mal de temps.

MARK : Du temps, on n’en a pas !

DEMETRI : On n’est même pas sûr que D. Gibbons soit important pour le moment.

MARK : Ce nom sera punaisé sur le mur de mon bureau dans 6 mois. Cette personne va jouer un rôle important.

[Janis se tient à l’entrée du bureau]

JANIS : Hé ! Vous voulez que je vous fasse halluciner ? Vous savez, la personne qu’on recherche ? D. Gibbons ? Hé bien, elle vient juste de débarquer ici, et de demander à rencontrer un certain agent Noh.

[On voit Wedeck parler avec une femme d’une quarantaine d’années dans le bureau principal]

 

[Dans un autre bureau du FBI – D. Gibbons est assise au milieu de la pièce. Mark, Demetri, Janis et Wedeck l’interroge]

MARK : Si vous nous disiez ce que vous venez faire ici.

D. Gibbons : Je m’appelle Deedee Gibbons. Mon vrai prénom, c’est Deardra. Qu’est-ce que je peux dire d’autre ? J’ai 45 ans, j’habite à Anaheim et je, je possède une pâtisserie « Deedee délices et gourmandises ». Vous voulez goûter ? Ceux-là sont au beurre de cacahuète, ceux-là à la carotte et ceux-ci à la fraise. Ils sont très bons. J’ai jamais eu à faire à la police, jamais eu d’amende pour excès de vitesse ou quoi que ce soit de ce genre. Mais je suis mal à l’aise. Vous êtes déjà en train d’enquêter sur moi alors que j’ai encore rien fait de mal ! Et… et je ne vais rien faire de mal.

MARK : Qu’est-ce que vous avez vu dans votre vision ?

Deedee Gibbons : C’était vraiment très étrange. J’étais dans ma boutique et je me disputais au téléphone avec quelqu’un. J’étais en colère, énervée. Je répondais sèchement.

Deedee, dans son flash, au téléphone : « Vous n’avez qu’à vous adresser aux agents Benford et… Noh ! Ils travaillent pour le FBI. Je viens de vous le dire, l’agent Noh ! N-O-H, je vous dis que c’est son nom ! C’est surement un chinois ou vietnamien. Il doit venir d’un de ces pays asiatiques. J’en sais rien ! Laissez-moi tranquille ! [Elle raccroche et mange un cupcake] Ah, ça fait du bien. »

Deedee Gibbons : Dans ma paroisse, on a beaucoup parlé de ces visions, du sens qu’elles pouvaient avoir. Et le pasteur m’a conseillé d’entrer en contact avec vous. Alors j’ais appelé tous les bureaux du FBI jusqu’à ce que je trouve un agent Noh.

DEMETRI : Pour votre information, c’est coréen.

Deedee Gibbons : Je suis une personne honnête.

 

[Quelques minutes plus tard, Deedee Gibbons est sortie du bureau, les agents discutent]

DEMETRI : Peut-être qu’elle nous ment. On ne peut pas croire sur parole tous les gens qui nous racontent leur vision.

MARK : Tu trouves qu’elle a l’air de mentir ?

DEMETRI : Non, mais c’est un peu trop facile ! Elle se pointe comme ça, avec ses gâteaux, son histoire de coup de fil bizarre et de pigeon…

MARK : Ouais, c’est peut-être pas vrai. Mais ça peut aussi être la clé de toute l’affaire.

DEMETRI : Si on en juge ta longue expérience de black-out généralisé…

WEDECK : Mark a raison. A ce stade de l’enquête, un détail pourrait bien s’avérer décisif. Vérifiez ses antécédents, je vais enregistrer ces gâteaux comme pièces à conviction.

[Wedeck sort du bureau, Mark le suit et l’interpelle]

MARK : Hé, à propos de détails qui pourraient s’avérer décisifs. On n’a pas encore parlé de ce que vous avez vu.

WEDECK : Je vous l’ai dit, j’étais en réunion.

MARK : Oui, mais peut-être que Demetri n’a pas tort. Pourquoi je vous croirai sur parole ?

WEDECK : Quoi ?

[Wedeck pose la boîte de gâteaux et ferme la porte de bureau puis se retourne vers Mark]

MARK : Dans ma vision à moi, des mecs armés s’introduisaient dans notre bureau. Si vous étiez en réunion, vous étiez ici, alors vous avez peut-être vu quelque chose.

WEDECK : Je vous dis que j’ai rien vu.

MARK : Comment pouvez-vous en être sûr ?

WEDECK : D’accord, en fait, j’étais pas en réunion. J’étais là où personne ne peut aller à ma place !

[Le flash de Wedeck est montré en même qu’il décrit ce qu’il s’y passait]

MARK : Désolé, j’aurai du me taire.

WEDECK : Nan, nan, nan ! T’as insisté, alors compte pas sur moi pour t’épargner les détails. Tu veux savoir la meilleure ? Il se trouve que j’étais aussi aux chiottes quand le black-out s’est produit ! Quand je me suis réveillé, je savais même plus où j’étais. Je m’étais cogné la tête contre le mur, alors j’étais un peu sonné. Avalsky était là lui aussi, la tête dans un urinoir. Cet abruti était en train de se noyer …

MARK : Qu’est-ce que tu as fait ?

WEDECK : A ton avis ? J’ai été obligé de lui faire du bouche-à-bouche. Je te préviens, si jamais tu parle de ça, que t’envoies un fax, un e-mail, un texto qui fait allusion à cette histoire, j’te fais transférer dans le trou du cul du monde avant même que tu aies eu le temps de comprendre ce qui t’arrive. C’est bien clair ?

MARK : Oui, Monsieur.

WEDECK : Dehors !

MARK, timidement : Bouche-à-bouche…

WEDECK : J’ai dit dehors !

 

[Couloirs de l’hôpital – Olivia rend sa peluche à Charlie]

OLIVIA : Et voilà ! Il est guéri !

CHARLIE : Currio, currio ! T’es sauvé !

OLIVIA : Il a encore u peu mal à cause des points de suture. C’est pour ça que je recommande que Currio reste ambulatoire. Tu sais ce que ce mot veut dire ?

CHARLIE : C’est comme une ambulance ?

OLIVIA : En quelque sorte. Ca veut dire qu’il peut se déplacer. Tu veux qu’on aille se promener ? Alors, allons-y.

CHARLIE : Je vais prendre super méga soin de toi maintenant. Tu vas voir. J’te quitterai plus jamais et il t’arrivera plus jamais rien.

OLIVIA : Charlie, attends. Tu vois le monsieur, juste là ? Tu l’a déjà vu avant ?

CHARLIE : Hmmm, nan ! C’est qui ce monsieur ?

OLIVIA : C’est personne, ma puce. Personne d’important.

CHARLIE : Dylan ! Qui a fait du mal à Dylan ?! Qu’est-ce qui lui est arrivé ? Qu’est-ce qui lui est arrivé ?

OLIVIA : Calme-toi, chérie, il va bien.

CHARLIE : Qu’est-ce qu’il a ?

OLIVIA : Tout va bien. Il ne risque plus rien. Comment ça se fait que tu connais ce Dylan ?

CHARLIE : Je l’ai vu dans mon rêve.

OLIVIA : Oh, c’est vrai ? Et tu étais où toi ? Chez nous, à la maison ? Qu’est-ce que tu as vu exactement ?

CHARLIE : Qu’est-ce qu’il a ? Qui lui a fait mal ?

OLIVIA : Oh mon cœur…

CHARLIE : Qui lui a fait ça ?

OLIVIA : Ca va aller ?

CHARLIE : Qu’est-ce qu’il a ? Pourquoi il est à l’hôpital ? Qui lui a fait mal ? Qui lui a fait mal ?

 

[Bureau de Janis]

WEDECK : Qu’est-ce que vous avez trouvé sur Deedee Gibbons ?

JANIS : Hé bien, notre fichier central confirme qu’elle n’a pas de casier. Elle a juste eu un ou deux PV de stationnement. En gros cette femme est une sainte. La seule chose qui pourrait éventuellement paraître suspecte est un paiement par carte bleue effectuée la semaine dernière. Il y a eu deux opérations débitrices sur le même compte presque au même moment, la première pour une manucure à Newport Beach en Californie et la seconde dans une station service de l’Utah deux minutes après.

DEMETRI : C’est une carte piratée. Ca ne peut être que ça.

MARK : Dans sa vision, Deedee Gibbons est au téléphone .c’est peut-être quelqu’un de sa banque qui l’appelle. [Se remémore l’interview de Deedee Gibbons]

WEDECK : Elle parlait pas de pigeons ?

MARK : Si, mais peut-être que pigeon est une personne, que c’est le nom de celui qui a piraté sa carte bleue et s’en est servie dans l’Utah.

JANIS : Il y a 14 personnes dont le nom de famille est Pigeon, dans l’Utah.

WEDECK : Et ces personnes ont un casier ?

JANIS : Non, en fait, sauf si vous comptez le fait de traverser en dehors des clous et l’exhibitionnisme.

WEDECK : Deedee Gibbons nous a affirmé que dans sa vision elle parlait de pigeon. Il y aurait pas un endroit dans l’Utah où, je sais pas, il y a beaucoup de pigeons ?

DEMETRI : Waouh…

WEDECK : Vérifiez, nan ?

DEMETRI : Elle est bonne celle-là ! Disons que de toutes les théories qu’on a envisagé, c’est pas la plus crédible.

MARK : Rappelez nous pourquoi c’est vous le grand chef ?

JANIS : Parce qu’en fait, c’est un génie ! Il n’y a pas beaucoup de pigeons dans l’Utah. Mais il y en a au moins un.

MARK : Pigeon, c’est pas le nom d’une personne.

JANIS : C’est une ville. Pigeon, dans l’Utah.

WEDECK : Contactez le Bureau local à Salt Lake City et mettez-les sur le coup. Pendant ce temps, nous, on va vérifier si y a pas d’autres pistes.

MARK : Excusez-moi.

WEDECK : Bien sûr, allez-y. [Mark sort du bureau]Bon avant de se quitter…

 

OLIVIA : Excuse-moi de te déranger Tu as une minute ?

MARK : Oui.

OLIVIA : J’ai emmené Charlie avec moi à l’hôpital, et, là-bas, elle a croisé un petit garçon qu’elle a reconnu. Il était dans sa vision.

MARK : Alors elle t’a raconté ce qu’elle a vu ?

[Charlie est assise sur un banc dans le couloir, elle fait un coloriage]

OLIVIA : Non, elle s’est juste mise à pleurer.

MARK : T’es venue voir ton papa travailler, ma chérie !

CHARLIE : Salut papa.

MARK : Salut, comment ça va ?

CHARLIE : Ca va.

[Olivia et Mark s’éloigne un peu de Charlie pour continuer de parler]

OLIVIA : Elle m’a donné l’impression de tenir énormément à lui. Quand elle l’a vu sur son lit d’hôpital, elle a eu… elle avait l’air inquiète pour lui.

MARK : C’est parce qu’il était à l’hôpital. C’et surement là-bas qu’elle devait le rencontrer à un moment ou à un autre dans les six mois qui viennent.

OLIVIA : C’est possible.

MARK : Qu’est-ce qu’il y a ? Qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi tu fais cette tête ?

OLIVIA : Le père de ce petit garçon… le père de ce garçon est l’homme que j’ai vu dans ma vision. Il s’appelle Lloyd. Lloyd Simcoe. Et son fils…

MARK : Son fils est un de tes patients.

OLIVIA : Mais il ne m’a pas reconnu. J’en suis pratiquement sûre.

MARK : Ca, c’est ce que tu crois.

OLIVIA : Non, en y repensant, je me suis rendue compte que moi je l’avais vu, mais que la vision avait pris fin avant qu’il n’ait eu le temps de se retourner. Alors, je ne crois pas qu’il ait vu mon visage. Mais de toute façon, peu importe qui a vu quoi. Ce type ne représente rien pour moi !

MARK : Pour l’instant…

OLIVIA : Oh, arrête ! C’est pas juste ! Tu peux pas me punir pour quelque chose que je n’ai pas faite !

MARK : Je n’sais pas. [Un homme sort d’une pièce adjointe, Mark le salut rapidement puis se retourne vers Olivia] Je ne te reproche rien. Mais mets-toi à ma place. Qu’est-ce que ce mec faisait chez nous ? Je te rappelle en passant que tu m’as dit que tu avais des sentiments pour lui.

OLIVIA : Et toi, tu prétendais être capable de gérer ça ! Apparemment, c’est pas le cas !

MARK : Quand je t’ai dit ça, tu ne l’avais jamais rencontré. Maintenant, c’est différent ! Ce qu’on a vu est vraiment en train de se produire.

OLIVIA : Mais ces visions sont peut-être qu’un avenir possible, une mise en garde ? Jamais je ne te tromperais avec un autre homme, Mark.

MARK : Jamais, plus personne ne sait ce que ça veut dire.

[Demetri arrive pour parler à Mark]

DEMETRI : Excusez-moi. On a appelé le Bureau de Salt Lake City. La carte bleue piratée a encore été utilisée. Le suspect a prix un billet de car.

MARK : Ca parait logique. L’espace aérien a été fermé.

DEMETRI : Le car part ce soir. Le pirate va bientôt prendre le large. On a un hélico prêt à décoller. [Demetri repart]

MARK : Ecoute, il faut que j’y aille.

 

[Pigeon City dans l’Utah – Mark et Demetri arrive en hélicoptère, une femme les accueille]

SHERIF KEEGAN : Bienvenus dans l’Utah. Je suis le shérif Keegan.

MARK : Mark Benford, et voici l’agent Noh.

DEMETRI : Bonjour.

SHERIF KEEGAN : Pourquoi vous tenez à retrouver cet homme ? Ca a un rapport avec le Black-out ?

MARK : On a besoin de l’interroger.

SHERIF KEEGAN : On a déjà une équipe sur le coup, des agents en planque en face de la gare routière au cas où il se pointerait. C’est une véritable invasion. Vos collègues de Salt Lake City ont pratiquement amené une armée.

MARK : Rassurez-vous. On est pas là pour marcher sur vos plates bandes.

SHERIF KEEGAN : C’est dommage. On aurait bien besoin que quelqu’un nous dise quoi faire. Les gens ici sont obsédés par les visions qu’ils ont eu.

MARK : C’est votre cas, vous aussi ?

SHERIF KEEGAN : Pas vraiment, non. C’est sans doute un peu décevant, mais… moi, j’ai rien vu.

DEMETRI : C’est vrai ? Rien du tout ?

SHERIF KEEGAN : Et franchement, j’crois que c’est pas plus mal. Les gens de mon entourage, ceux qui racontent qu’ils ont vu leur avenir, ils se rendent tous malades avec ça. En route !

 

[Bureaux du FBI de Los Angeles – Wedeck, Hawk et Markham visionne l’enregistrement du stade de baseball]

ANASTASIA MARKHAM : Je veux être informée de tout ce qui sera mis en œuvre pour identifier la personne qui se trouvait dans le stade.

WEDECK : Pourquoi faire ? Je croyais que cela ne pouvait pas être… comment vous appeliez ça déjà… un évènement planifié ?

ANASTASIA MARKHAM : Vous voulez me faire un topo ? Ou vous continuez à faire le malin ?

WEDECK : Oh, je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas faire les deux en même temps ?

JANIS : On a appelé cet homme, le « Suspect Zéro ».

ANASTASIA MARKHAM : Comment vous pouvez être sûrs que c’est un homme qui est sur l’écran ?

JANIS : On a fait analyser la vidéo. Vous voyez le haut de sa tête ? Il arrive pile au niveau du gradin. Et ce mur-là fait 183 centimètres de haut. Si on prend cette hauteur comme référence, on tient compte de l’angle de la caméra et de la distance, on peut estimer que cet individu fait 1m73 et 68 kilos. Du coup, la probabilité que cette personne soit une femme n’est plus que d’une sur quarante.

ANASTASIA MARKHAM : Est-ce qu’on peut améliorer la qualité de l’image ?

JANIS : Nos techniciens l’ont déjà lissée pixel par pixel. Mais on a envoyé la vidéo à la NSA, au cas où les ordinateurs hyper-performant de Formid donneraient de meilleurs résultats.

WEDECK : Regardez-le. Il se promène, là, au milieu des gens, le cœur léger, pas du tout surpris. Il savait, il savait que le Black-out allait avoir lieu. Ca veut dire qu’il est forcément impliqué.

ANASTASIA MARKHAM : La théorie du complot est tellement plus rassurante. Au moins, on sait qui est l’ennemi. Ca nous donne un coupable à arrêter et à poursuivre en justice.

JANIS : Mais, en attendant, ce n’est pas un trucage que vous voyez à l’écran. Cet homme est bien réel.

ANASTASIA MARKHAM : Dans ce cas, j’espère qu’on va le retrouver avant qu’il fasse pire encore.

JANIS : Qu’est-ce qui pourrait être pire que de provoquer une catastrophe mondiale ?

ANASTASIA MARKHAM : En provoquer une deuxième.

 

[Hôpital – Bryce est en train de dessiner une femme. Lloyd l’interrompt]

LLOYD : Dr Varley ? Mon fils vient de me dire qu’il voudrait manger un de ces vrais hamburgers qu’on ne trouve pas dans les hôpitaux, vous voyez ? Enveloppés dans du papier et servis avec un jouet. Est-ce que c’est autorisé étant donné son état ?

BRYCE : A vrai dire, c’est encourageant qu’il retrouve l’appétit. Ses constantes sont plutôt bonnes. Votre fils est très courageux.

LLOYD : Il va falloir qu’il le soit maintenant.

BRYCE : Tout ira bien, Mr Simcoe.

LLOYD : Comment vous pouvez en être sûr ?

BRYCE : J’ai vu l’avenir.

LLOYD : Ouais…

BRYCE : Ecoutez ! Je sais bien qu’on a tous vu des trucs différents. Pour moi,  c’était quelque chose de positif, pour d’autres, c’était peut-être de mauvaises nouvelles. Mais quoi qu’il en soit, j’ai envie de croire… non, en fait, je suis sûr que le fait de savoir est une chance,. Ce qui va déterminer qui on est vraiment, c’est ce qu’on va choisir de faire de tout ce qu’on sait. Et ça, c’est vraiment génial.

 

[Pigeon City, Utah]

MARK : Ici Benford, prêt à intervenir.

SHERIF KEEGAN : Ici Keegan. Votre D. Gibbons n’est même pas venu récupérer son billet.

MARK : Mais les routes qui mènent à la sortie de la ville sont bloquées ?

SHERIF KEEGAN : Ouais. Mais notre homme pourrait très bien filer à pieds. D’ailleurs, on ne sait même pas si c’est un homme. On ne sait pas qui on cherche exactement.

DEMETRI : Et merde ! J’en étais sûr ! Ecoute, Mark. Ca valait le coup d’essayer. Mais peut-être que tes indices venus du futur sont…

MARK : … complètement bidon ?

DEMETRI : Bon, je l’aurai dit comme ça. Mais, oui ! Franchement, on a perdu notre temps jusqu’à maintenant.

MARK : Vas dire ça à la vendeuse de pâtisseries. Et qu’est-ce que tu fais de ça, hein ? C’était dans ma vision, ça aussi. Ca s’est produit.

DEMETRI : Charlie t’avait déjà fait des bracelets de ce genre ?

MARK : Oui.

DEMETRI : Alors, ça n’a rien d’exceptionnel. Les coïncidences, ça arrive tout le temps. C’est pour ça qu’on les appelle des coïncidences. Les gens voient de formes dans les feuilles de thé, les nuages… Allez, viens ! On rentre. On bouge, les mecs !

[Alors qu’ils s’éloignent de la gare routière, Mark voit quelque chose qui l’arrête]

DEMETRI : Désolé pour tout ce cirque.

SHERIF KEEGAN : Dommage que cela n’ait pas marché.

MARK : Shérif, c’est quoi ce bâtiment, là ?

SHERIF KEEGAN : L’atelier de Dolls Prestige. C’est une petite entreprise familiale. Ils ont déposé le bilan il y a quelques mois. C’était le plus gros commerce de la ville. C’est à l’abandon.

[On voit un bout du flash de Mark : la photo d’une poupée brûlée punaisée à son mur d’investigation]

MARK : Dans mon flash, il y avait une photo de poupée brûlée… A côté d’une note sur laquelle était écrit

DEMETRI : « D. Gibbons »

MARK : Tu vas me dire que ça aussi c’est une coïncidence ?

[Mark, Demetri et le shérif décident de partir en reconnaissance. Ils arrivent devant une porte fermée par un cadenas]

MARK : Vous croyez qu’on va nous reprocher de ne pas avoir de mandat de perquisition ?

SHERIF KEEGAN : Ne vous en faites pas pour ça. Le juge du Comté est mon beau-père.

[Demetri passe une barre de fer à Mark, qu’il utilise pour défoncer le cadenas et ouvrir la porte. Ils entrent, Mark lève la tête et voie une ombre bouger derrière des fenêtres à l’étage]

MARK : C’est pas vous qui disiez que le bâtiment est à l’abandon ?

SHERIF KEEGAN : Il devrait l’être normalement.

[Il y a des poupées partout autour d’eux. Ils avancent jusqu’à un escalier. Mark marche sur un piège qui déclenche un enregistrement audio de la comptine entendue au début de l’épisode]

Rose joue le matin

Un bouquet d’romarin

descend dans la pénombre

tout le monde tombe

MARK : FBI ! Ouvrez cette porte ! [Demetri force la porte. Un homme se tient debout au fond de la pièce. Il tient un briquet dans chacune de ses mains] Vous êtes D. Gibbons ?

DEMETRI : Vous, là-bas ! Mettez-vous à genoux !

MARK : A terre ! Vite !

DEMETRI : J’ai dit à genoux ! Vous entendez ?

MARK : Ne faites pas un geste !

DEMETRI : A genoux ! A genoux !

HOMME : Celui qui prévoit l’éternité les subit deux fois.

MARK : Qu’est-ce que vous dîtes ?

[L’homme lâche ses briquets allumés, qui tombent dans deux aquariums remplis d’essence. Il commence à tirer sur le shérif et Demetri riposte. L’homme parvient à s’enfuir par derrière. Demetri s’approche de Keegan, prend sa radio et passe un appel à l’aide]

DEMETRI : L’un des nôtres est touché !

[L’homme tire sur une corde et plusieurs grenades se déclenchent, suivies de plusieurs grosses explosions – Quelques minutes/heures plus tard, le feu est éteint, on entends des sirènes à l’arrière-plan, Le Shérif est mis dans un sac, des techniciens étudient la scène]

MARK : C’est bon, vous pouvez l’emmener.

[Un homme prend des photos des poupées brûlées. Mark s’approche de lui]

MARK : Excusez-moi. Je peux voir la photo que vous venez de prendre ? [La photo est la même que celle de son flash] Merci.

DEMETRI : Le tireur a filé.

MARK : Ecoute, Demetri. Vu ce qui est arrivé à Keegan, j’imagine ce que tu dois penser…

DEMETRI : Si tu veux bien, on en reparlera plus tard. Tout ce qu’on a pour l’instant, c’est un portable et la reine blanche d’un jeu d’échec.

MARK : Contre qui, notre Kasparov jouait aux échecs ?

DEMETRI : Bonne question.

MARK : Des poupées, un jeu d’échec… qu’est-ce que ce mec est venu faire ici exactement ?

DEMETRI : La police scientifique pense qu’il pourrait s’agir d’un pirate informatique de haut vol. Apparemment il a pas chômé depuis le Black-out. Il s’est infiltré dans des réseaux hyper-sécurisés partout dans le monde, celui de l’accélérateur de particules du CERN, le radiotélescope du Nouveau Mexique. Il a même essayé d’infiltrer la mosaïque en passant la NSA.

MARK : Pourquoi faire ?

DEMETRI : Je crois qu’il était en train de mener sa propre enquête. J’ai l’impression qu’on n’est pas les seuls à vouloir savoir pourquoi le Black-out s’est produit.

 

[Devant l’hôpital – Lloyd est assis à une table, Olivia sort de l’hôpital avec Charlie, endormie dans ses bras]

LLOYD : Dr. Benford ? Le patient a survécu à ce que je voie.

OLIVI A : Désolée de ne pas être venue voir votre fils aujourd’hui. J’étais très occupée. Tous mes patients étaient humains, je vous le promets. Il faut qu’on rentre.

LLOYD : Ca fait un moment que je suis assis ici en me demandant comment je vais annoncer à mon fils que… que sa mère est morte.

OLIVI         A : Eh bien, quelque soit la façon dont vous l’annoncer, surtout, dîtes-lui que vous l’aimer.

LLOYD : Etre parent, c’est vraiment être aussi simple que ça ?

OLIVIA : C’est après que ça se complique. Bonsoir Mr Simcoe.

 

[On voit Mark punaiser la photo de la poupée brûlée sur son mur puis le bout de son flash avec la même photo, regarder le bracelet fait par Charlie puis le bout du flash où il voit son bracelet]

 

[Chambre d’hôpital de Dylan – Lloyd s’assoit sur le bord du lit occupé par son fils qui est conscient]

LLOYD : Je suis là, mon cœur. J’ai quelque chose à te dire. JE ne t’en ai pas parlé tout de suite parce que je voulais d’abord que tu ailles mieux. Tu sais, tu vas très vite sortir de l’hôpital. J’imagine que… tu te demandes pourquoi ta maman n’est pas encore venue te voir.

DYLAN : Elle… elle est pas là.

LLOYD : Oui, c’est ça. En fait, quand, comment dire… quand le Black-out s’est produit, tu sais quand tout le monde s’est endormi, ta maman ne s’est jamais réveillée. Elle a eu un accident et…

DYLAN : Elle est morte ?

LLOYD : Oui… alors il ne reste plus que toi et moi, maintenant. Tu comprends ? Mais tout ira bien, tu verras. Je t’aime, Dylan.

DYLAN : Je veux voir Olivia. [Lloyd est surpris]

 

[Locaux du FBI]

DEMETRI : Il est trois heures du mat’. J’allais me coucher. Qu’est-ce qui se passe ?

ANASTASIA MARKHAM : Ce qui se passe, c’est que je me suis trompée sur toute la ligne.

WEDECK : Briefez-le.

JANIS : J’ai réussi à retrouver le numéro IAEI du téléphone portable que Mark et toi avez récupéré dans l’Utah. Et apparemment, D. Gibbons a passé six appels successifs, dont cinq quelques minutes avant le Black-out vers une ligne sans abonnement.

DEMETRI : Plein de gens ont passé des coups de fil avant le Black-out. Mark était au téléphone avec toi à ce moment là.

JANIS : Oui, je sais. Mais la différence, c’est que le sixième appel, il l’a passé 30 secondes après le début du Black-out. Je suis remonté jusqu’au portable de son interlocuteur.

DEMETRI : D. Gibbons était au téléphone avec quelqu’un pendant le Black-out ?

JANIS : Oui, mais il ne s’agissait pas de n’importe qui. La personne que D. Gibbons a appelée se trouvait dans la zone de couverture de trois antennes relais. Et à ton avis, quel genre d’endroit est équipé d’un grand nombre d’antennes pour faire face à l’augmentation du trafic téléphonique ?

DEMETRI : Un stade de baseball…

JANIS : Exactement ! D. Gibbons était au téléphone avec notre Suspect Zéro.

WEDECK : Et il n’en resta plus que deux.

 

[Quelques instants plus tard, il ne reste plus que Janis et Demetri dans les locaux]

DEMETRI : Combien de personnes ont laissé un message ?

JANIS : 900'000 pour l’instant. Et c’est loin d’être fini. Ce site répond à une attente réelle des gens. Tout le monde a une histoire à raconter. On a tous besoin que quelqu’un corrobore ce qu’on a vu.

DEMETRI : Je me sens un peu con là. J’ai pas arrêté de chambrer Mark sur son histoire d’enquête sur le futur. Mais je suis forcé d’admettre que tous ces indices sur son mur semblent vraiment correspondre à quelque chose.

[Wedeck et Deedee Gibbons les rejoignent, Gibbons a une boîte de pâtisseries dans les mains]

WEDECK : Tiens ! Regardez qui travaille tard ? Ou tôt, tout dépend de quel point on se place.

JANIS : Bonsoir !

DEEDEE GIBBONS, ouvrant la boîte de pâtisseries : Hmm, noix de coco-gingembre et ananas-curasso. Rien de tel pour exprimer sa gratitude que des gâteaux aux fruits exotiques.

DEMETRI : Merci, mais, vous savez, on a rien fait de spécial.

DEEDEE GIBBONS : Oh, soyez pas modeste ! Vous avez protégé mon compte en banque et ma tranquillité d’esprit. Et ça, c’est pas rien.

JANIS : Merci encore.

DEMETRI : Merci beaucoup.

[Wedeck et Gibbons partent. Janis et Demetri prennent chacun un cupcake]

WEDECK : Je vous laisse déguster vos gâteaux. Après, remettez-vous au travail.

JANIS : Ouf ! Je viens d’avoir une vision de mes fesses dans 6 mois et elles auront doublé de volume.

DEMETRI : Ouais, mais tu t’es aussi vu enceinte. Alors t’as le droit d’avoir de grosses fesses.

JANIS : Tu sais, c’est très bizarre… Je ne me suis jamais sentie concernée par cette histoire d’horloge biologique. J’ai jamais eu cette envie viscérale d’avoir un bébé. Et pourtant, c’était bien moi face à cette femme blonde, qui me faisait une écho.

DEMETRI : Bah, justement, cette femme là, elle t’a peut-être vu elle aussi. Peut-être qu’elle est là, quelque part, à attendre que tu écrives un message.

JANIS : Mouais. Peut-être. [Janis va sur la mosaïque et commence à taper son message « Je m’appelle Janis Hawk, j’étais en train de passer une échographie » …, on voit son flash en même temps] Voilà ! A ton tour.

DEMETRI : Pourquoi faire ? J’ai rien vu du tout.

JANIS : Tu sais, des tas de gens pensent que si certains n’ont rien, c’est parce qu’ils seront endormis.

DEMETRI : Ou alors, parce qu’ils sont morts. J’ai rencontré une femme, aujourd’hui, qui n’avait pas eu de vision. Quelques heures après me l’avoir dit, elle s’est pris une balle et elle est morte.

JANIS : Est-ce que tu en as parlé à Zoey ?

[Janis enlève ses lunettes et se retourne vers Demetri]

DEMETRI : D’après mon expérience, les futures mariées n’aiment pas trop que leur fiancé clamse juste avant le mariage. Ca gâche l’ouverture du bal.

JANIS : Ouais.

DEMETRI : Danser avec un cadavre, ça fait désordre. Et puis, ça porte malheur à ce qui paraît.

JANIS : Ecoute, si tu devait vraiment mourir, et je dis bien « si », tu penses pas que tu aimerais savoir ce qui va se passer ?

DEMETRI : J’en sais rien, je crois pas, nan.

JANIS : Mais si tu sais ce qui va t’arriver, peut-être que tu peux l’éviter. Et peut-être que quelque part, là-dehors, il y a quelqu’un qui possède ce genre d’information.

DEMETRI : Qu’est-ce que je risque ? [Janis passe le clavier à Demetri qui se met à taper son message]

 

[Chez les Benford – Mark est assis devant le feu de cheminée, Olivia descend l’escalier pour le rejoindre]

OLIVIA : Qu’est-ce que tu fais ? Il est trois heures du matin.

MARK : Je ne voulais pas te réveiller. J’suis rentré tard. Tu veux un jus de fruit ?

OLIVIA : C’était comment le Nevada ?

MARK : L’Utah. Une fausse piste.

OLIVIA : Ca va, toi ?

MARK : Au boulot, je parts du principe que ma vision a un sens, que ce que j’ai vu va se réaliser. Mais, ici, quand il s’agit de toi, de nous, de moi, j’espère le contraire.

OLIVIA : Tu crois que j’ai bien fait de te parler de Lloyd ?

MARK : Oui, t’as bien fait. [Il passe son bras autour d’elle et l’attire contre lui] On ne doit pas avoir de secret l’un pour l’autre. [Il revoit son flash, où il est clairement en train de boire de l’alcool]

OLIVIA : Pourquoi t’as fait un feu ?

MARK : Comme ça. [Zoom sur le feu de cheminée, le bracelet brésilien est en train d’y brûler]

 

[Parking des locaux du FBI – Demetri se dirige vers sa voiture quand son téléphone se met à sonner]

DEMETRI : Allo ?

FEMME MYSTERIEUSE : Mr Noh ? Pardon de vous déranger à une heure pareille, mais j’appelle au sujet du message que vous avez laissé sur le site web de la Mosaïque.

DEMETRI : Mon message ? Déjà ? Mais vous êtes qui ? Comment vous avez eu ce numéro ?

[La femme se tient sur le balcon d’un immeuble de Hong Kong]

FEMME MYSTERIEUSE : Je ne peux pas vous divulguer cette information mais je peux vous dire que ma vision vous concerne.

DEMETRI : Continuez.

FEMME MYSTERIEUSE : Dans mon flash, je lisais un compte-rendu des services de renseignement. Et, je suis vraiment navrée, il n’existe pas de manière délicate d’annoncer ce genre de chose mais, malheureusement, le 15 mars prochain, vous allez mourir assassiné.

 

[Chez les Benford – Mark entre dans la chambre de Charlie. Il s’assoit sur le bord du lit et l’embrasse sur le front]

CHARLIE : T’es rentré, papa ?

MARK : Excuse-moi, ma chérie. Je ne voulais pas te réveiller. Tout va bien, rendors-toi.

CHARLIE : Papa ?

MARK : Oui ?

CHARLIE : Tu sais, en fait, si j’ai pas été gentille à l’école, c’est parce que les autres enfants disaient que les visions qu’on a eu l’autre jour allaient se réaliser.

MARK : Que celles qui annoncent de bonnes nouvelles, je te le promets.

CHARLIE : Alors si les mauvaises visions ne vont pas se réaliser, j’comprend pas pourquoi les gens les ont eu ?

MARK : C’est un peu comme une sorte d’avertissement, tu vois ? Comme quand maman conduit la voiture et que le feu passe à l’orange, ça veut dire qu’il faut s’arrêter pour laisser passer d’autres voitures.

CHARLIE : Pour pas avoir d’accident ?

MARK : Exactement.

CHARLIE : J’comprend pas ce que veut dire mon avertissement.

MARK : De quoi tu parles ? C’est ce que tu as vu qui t’a fait peur ?

CHARLIE : D. Gibbons est un méchant monsieur.

[FIN]

[The episode commences with a view of the earth from space. As the shot gets closer to the earth, we hear a child singing in the background.]

Ring around the rosy
Pocket full of posies
Ashes, ashes
We all fall down
Ring around the rosy
Pocket full of posies
Ashes, ashes
We all fall down
Ring around the rosy
Pocket full of posies
Ashes, ashes
We all fall down

[The shot continues through the clouds and finally stops over a playground with children all lying on the ground. Children start singing in the background.]

Ring around the rosy
Pocket full of posies
Ashes, ashes
We all fall down

[The setup for the episode is complete. There is a playground with various children lying on the ground. Charlie is standing up, holding her Squirrlio stuffed animal, and watching the children. All at once they wake up and stand. As Charlie watches, the children are singing in the background again however this time they are not singing in unison. The chorus is sung twice, overlapping.]

Ring around the rosy
Pocket full of posies
Ashes, ashes
We all fall down

[A little boy stands up first.]

BOY 1: Time's up!

[All the children get up and start asking each other what they saw.]

GIRL 1: What did you see?

GIRL 2: Me and my family were at Disneyland.

GIRL 3: What did you see?

GIRL 4: I saw a pony.

BOY 2: I was eating ice cream.

BOY 1: [to Charlie] What did you see?

CHARLIE: None of your business.

GIRL 1: It's blackout. Everyone has to play.

CHARLIE: I don't want to.

BOY 1: You have to tell. That's the rule.

[The boy grabs Charlie's toy from her.]

CHARLIE: Hey, give him back.

BOY 1: Not until you tell.

[The children are all shouting. The boy manages to pull the tail from the squirrel. Charlie pushes the boy to the ground and picks up the tail. The principal runs onto the playground yelling to Charlie. She has not seen why Charlie pushed the boy.]

MS. GERBER: Charlie! Charlie! Charlie! You know we don't hit at school.

[Charlie just looks at Ms Gerber.]

MS. GERBER: You're coming with me right now young lady.

CHARLIE: Uh uh.

[Charlie struggles and runs away from the playground and Ms. Gerber. Ms. Gerber runs after Charlie.]

MS. GERBER: Ch, Charlie! Get back here! Charlie!

[The children in the playground are shouting and watching Charlie run from Ms. Gerber. Charlie runs along the sidewalk, away from the playground and school. Ms. Gerber runs after her shouting her name.]

MS. GERBER: Charlie! Charlie!

[Charlie reaches and intersection and runs across the street without looking. Two cars approach from different streets, slam on their brakes and Charlie is almost hit by one of them. She pauses then continues running until she reaches a military blockage. There are soldiers and 2 Humvees. The whirring of helicopters above is heard. One of the Humvees has a soldier standing with a machine gun at the ready. One soldier looks at Charlie. No words are exchanged. Switch to a group of hi-rise buildings. Dual and single prop helicopters are flying all around.]

FLASHFORWARD LOGO

[Switch to an AA meeting. A man from the audience is speaking.]

MAN AA MEETING: I've been struggling ever since I had the visions.

[Mark is shown sitting next to Aaron in the audience. Mark has his arms crossed in front of his chest.

MAN AA MEETING: They say we're supposed to live our lives one day at a time [pause] but how am I supposed to do that with the future breathing down my neck? Everyday just brings me closer to what I saw.

[Snippet from Mark's flask drinking from a flask, gunman with a mask and laser site, Mark realizing someone is in the office area, getting his gun, cocking and aiming it.]

MAN AA MEETING: And it seems like I can't avoid it and, uh, there you are staring back at me.

MARK: [whispering to Aaron] Guy's hammered.

MAN AA MEETING: Not one damn one of you has any answers. Do you? No you don't because there are no answers because this program's a joke.

MARK: I've got an answer for you. You need to take a walk. Cool down a little and spare us the rest of your bender.

[Switch to Aaron and Mark leaving the meeting.]

AARON: Look, I hated seeing that as much as you did but you know you never interrupt another person's share.

MARK: I'm sorry but loaded and sharing? The guy was pushing my buttons. I've been dealing with some stuff, you know?

AARON: So was he. I know you're worried about Olivia. You're worried you're gonna fall off the wagon in the future. He's gone and done it now. What's the difference? You're both struggling.

[Aaron pauses and points to the folks as they walk by.]

AARON: Look at all these people. Every one of them is dealing with the same thing we are. The future. Only difference is most of them don't have a support group to help them cope with what they saw. Maybe it was good. Maybe it was bad. Maybe it was inexplicable. The point is, it happened to everyone.

[In the background white building with an observatory, buildings under construction, highway cloverleaf.]

AARON: Every single person on the planet. I, I saw my daughter alive. Explain that. Walk up to any one of these strangers and ask them, "What did you see?" and they'd know exactly what you were talking about. When in the history of the world has that ever happened?

[The two men look around at their surroundings.]

AARON: We're all prophets now.

[Switch to inside the FBI building. Wedeck tosses personnel folders on a conference table.]

WEDECK: Six Agents resigned this morning. That's a grand total of 18 in the past three days. Now I know we're all more than a little freaked out right now. Everybody in this building is scared or hopeful or confused by what they saw. But unlike everyone outside this building, we have a responsibility to put all that aside because we're the ones people look to when their world goes to pieces.

[A single person clapping their hands is heard.]

ANASTASIA MARKHAM: Wow. It was worth taking military transport from Washington for that little speech.

WEDECK: Deputy Secretary, Anastasia Markham. Homeland Security.

ANASTASIA MARKHAM: I heard there was an FBI field office, which appointed themselves solely responsible for investigating the blackout.

MARK: If there's another office or agency that had a vision of this investigation and has more information than we do, let me know, [cell phone vibrates.] and I’ll send 'em our case file. Excuse me. Problem at my daughter's school.

[Switch to several helicopters flying over a subdivision. Switch to Charlie's school. Charlie is sitting on a bench outside an office, holding her stuffed animal and her backpack is beside her. Olivia is in the office speaking with a woman.]

OLIVIA: So what were they doing when it happened?

WOMAN: They were playing blackout. It’s the same kind of role-playing that we saw after 9/11 and Katrina.

MARK: Sorry, I, I can't believe she's all that different from all the other children.

WOMAN: Well, the other children, they're talking about what they saw just like the rest of us. But the fact that Charlie hasn't suggests something deeper. So is everything okay at home?

[Olivia thinks back talking with Mark in bed.]

OLIVIA: [flash like] I was with another man.
[A flash of a man sitting in front of her fireplace and his face. Back to reality]

OLIVIA: Yeah, we're fine.

WOMAN: Has she discussed anything that she might have seen?

MARK: We're taking the, "She'll tell us when she's ready to" approach.

WOMAN: You might consider rethinking that and asking her.

[Switch to Charlie sitting in the corridor. Switch to playground. Mark and Olivia chat with each other.]

MARK: Look, obviously neither of us want to talk about this.

OLIVIA: But?

MARK: Charlie wasn't in my flash-forward. I'm assuming she was at home with you.

OLIVIA: Just say it Mark.

MARK: You saw another man [pause] Somebody who…

OLIVIA: I've never even met, someone who even if I did meet, I'd turn around and walk the other way. You have to believe that.

MARK: But in your [pause] vision you were involved with him. You, you said you had feeling for him. And he was in our house. What if Charlie saw the same guy, too?

OLIVIA: We don't know what Charlie saw.

MARK: It was 10 at night. She had to have been home. Come on. It’s the most likely scenario, and we both know it

[Mark waves to Charlie on a jungle gym.]

MARK: She's upset 'cause she thinks her family is gonna fall apart.

OLIVIA: I'm not gonna let that happen. I'm not gonna let some man I've never even met, come in and threaten what we have. What we've built together. It's not gonna happen.

MARK: Of course not. But it doesn't change the fact that we gotta show Charlie that mom and dad are still good. [pause] Are we good, Olivia?

OLIVIA: Well, I met with a divorce attorney this morning.

MARK: That's funny. I met with mine last night.

OLIVIA: [cracks a smile] Yeah, so we're a disaster.

MARK: Def Con One, at least.

OLIVIA: Or like Def Con plus One.

MARK: [chuckles] Yeah, if it exists.

[Olivia laughs. Mark reaches over the table and touches Olivia's left cheek then pulls her closer and kisses her.]

MARK: It's gonna take a hell of a lot more that fate if you want to get rid of me. We're gonna beat this Olivia.

[Olivia kisses Mark's hand. Switch to a FBI conference room.]

ANASTASIA MARKHAM: Now let me get this right. You took it on yourself to use bureau funds to make a web site?

JANIS: We've been calling it the Mosaic Collective and what the web site does is it asks people to post what they saw during their visions. Now in the seventeen hours since the site has gone live, we've gotten over 600,000 responses.

[Janis shows Markham a screen to demonstrate the web site.]

JANIS: So far it confirms the theory that if you put the descriptions of people's visions together, you do start to get a definitive picture, a mosaic, of April 29th. Now we're using NSA's echelon network algorithm to intercept any suspicious words and to look for patterns. Now the hope is those patterns will eventually lead to an explanation of what caused the blackout so we can at least prevent another one.

ANASTASIA MARKHAM: You're spending millions of dollars on a hope?

WEDECK: Mm Hmm.

ANASTASIA MARKHAM: Comforting. But how can you be sure? What makes you think that this was a scheduled event?

AGENT GOUGH: Well, the blackout happened at exactly 11 A.M. Pacific Daylight Time. There's sixty minutes in an hour, sixty seconds in a minute. So, the chances of something happening at exactly the top of any hour are one 1 in 3,600.

WEDECK: In other words, the odds of this happening by chance are vanishingly remote.

DEMETRI: I mean, I could give you a list as long as my arm of unscheduled events happening to coincide with the top of an hour.

ANASTASIA MARKHAM: Exactly. Right now this is all supposition. Some people are saying that aliens did this. Other people are saying it's the Rapture. But the United States Government is not going to contribute to it with unsupported accusations, theories and hypothetical flights of fancy.

[Wedeck takes a remote control and turns on a large monitor on the wall opposite his end of the table. Markham has a front row seat to the monitor.]

ANASTASIA MARKHAM: All right. What's this?

[The surveillance footage from the stadium is being shown. Wedeck walks up to the monitor.]

WEDECK: Our "hypothetical flight of fancy." This was taken at Detroit's Oxide Super Stadium about midway through the blackout.

[Zoom in on the man at an exit ramp. He is walking around.]

WEDECK: As far as we know, this was the only person on the planet that was awake at that time.

ANASTASIA MARKHAM: Awake?

WEDECK: Mm Hmm. We don't know how he or she is immune or why, but obviously, it's gotten our attention and now it's gotten yours as well.

[Markham just stares at the monitor. Switch to Charlie and Olivia walking along the hospital building. One wall has numerous pictures and people are looking and putting up more.]

CHARLIE: What's all that mommy?

OLIVIA: Ah babe, these are pictures of people that other people are looking for.

CHARLIE: 'Cause they're lost?

OLIVIA: Well, uh, everybody's still cleaning up but when they're done, everyone will be found.

CHARLIE: Really? Are you sure.

OLIVIA: Yeah. Super, special sure. Let's go.

[Olivia and Charlie stop at a hopsiital checkpoint with two armed, soldiers.. Olivia takes id from her purse.]

OLIVIA: Hey. It's in here somewhere.

[The soldier looks at the id and allows the two to pass.]

OLIVIA: Okay sweetie, let's go.

[They climb a few steps then enter the hospital.]

OLIVIA: Okay, just like we said in the car, babe. You're gonna be super good.

CHARLIE: Yes, mommy.

OLIVIA: And I'm gonna find Debbie and she's gonna help take care of you.

[Bryce catches up to them. They all walk at a quick pace.]

BRYCE: Hey Charlie! What are you doing here?

OLIVIA: Hey. A little incident at school, and the babysitter's gone AWOL. What've we got?

BRYCE: Ah, well, admits are leveling off, which is good because we're running out of hallways to put beds in.

OLIVIA: How about that truck driver? Did you get him extubated?

BRYCE: Yeah, and his stats are holding. Also, Mr. Simcoe, father of the M.V.A boy, he's been asking for you.

OLIVIA: Oh, yeah. I've got to try and get there. It's just all I can do to get out of the OR at the moment.

CHARLIE: What about Squirrlio? He's hurt.

[They all stop walking. Olivia takes a deep breath.]

BRYCE: Intensive care?

[Switch to a table where Olivia is suturing Squirrlio's tail back on.]

CHARLIE: You're hurting him mom.

[Charlie holds an empty syringe with no needle near Squirrlio.]

OLIVIA: I'm making him better. You, you know what would really help his recovery is 10 CC's of milk and cookies, STAT. Do you think you can do that for me doctor?

[Charlie nods yes.]

OLIVIA: Nice. Go find Debbie.

[Charlie leaves the room to find Debbie. Olivia finishes sewing up Squirrlio. A man enters the room.]

LLOYD: Dr. Benford, I presume?

OLIVIA: Mm Hmm.

LLOYD: [extends hand] I'm Lloyd Simcoe.

[Olivia turns to see Lloyd and has quick flashes of him sitting in front of her fireplace. She stares at him.]

OLIVIA: Oh, this is awkward.

LLOYD: Well it doesn't have to be. A simple apology for avoiding my son's bedside and we can move right along.

OLIVIA: I'm sorry. You and I have never met?

LLOYD: Yeah, that's the general objection I was trying to convey.

[Olivia continues to look at Lloyd with no response. A snippet of a flash-forward is shown of Lloyd, in Olivia's bedroom and walking away. Olivia sits up as she was in the beginning of her flash-forward.]

LLOYD: [flash]Sorry I have to make a call.

[Flash ends and return to the hospital. Olivia is staring at Lloyd with her mouth agape.]

LLOYD: I, I've been camped out at my son's bedside for three days waiting to meet this mysterious surgeon…

[Olivia turns her head and looks down, shaking her head.]

LLOYD: …who apparently saved his life.

OLIVIA: I am so sorry. It's, it's just ever since the blackout, I'm completely slammed with work, so that's why.

[Lloyd looks down and Charlie's stuffed animal as Olivia finishes and cuts the suture.]

LLOYD: I can tell.

OLIVIA: I'm sure your son has a favorite toy.

LLOYD: I really don't know, honestly. Um, well, his condition makes him a little hard to read. He's autistic.

OLIVIA: Oh, where is he on the spectrum?

LLOYD: I'm not all that familiar with the terminology. Dylan's mother and I separated soon after he was diagnosed and well to make matters worse, his, his mother, [stutter] well my, my wife, she died during the blackout.

OLIVIA: I heard that. I'm so sorry.

LLOYD: Thank you.

[Olivia walks away from the table, still in the same room. Her back is to Lloyd.]

LLOYD: Actually, I still haven't worked up the courage to give Dylan the news, and, um so sorry.

[Olivia turns and Lloyd is standing face to face to her. He backs away a bit.]

LLOYD: Um, and, and I, I still have a fair number of questions regarding his condition.

OLIVIA: Sure. You are in excellent hands with Dr., um, Varley. He can really answer most of your questions.

[Olivia nods and then returns to working on the stuff animal. Lloyd is a little taken aback.]

LLOYD: Right.

[As Lloyd walks out of the room, he stops, turns to comment to Olivia then continues on his way.]

LLOYD: Oh, um, very best of luck with the procedure.

[Olivia turns and looks at him. They both smile. After Lloyd leaves, Olivia abruptly stops what she is doing and puts both hands to her face. She exhales deeply. Switch to the FBI building. Mark exits an elevator. There are various conversations taking place in the background. Demetri catches up with Mark and they walk while talking.]

DEMETRI: Hey. Everything okay with Charlie?

MARK: Yeah, it's fine

[Demetri looks at Mark's arm and they stop walking.]

DEMETRI: Where'd you get that?

[Mark's right wrist sports a friendship bracelet.]

MARK: Oh, Charlie made it for me.

DEMETRI: Was that the same on from your vision?

[Quick flash of Mark's wrist during his flash-forward.]

MARK: Yeah.

DEMETRI: And you're wearing it?

[Mark looks at the bracelet before he replies.]

MARK: You don't have kids. Charlie's in free fall right now, the last thing I need is her freaking out because I wouldn't accept her gift.

DEMETRI: Then do something that doesn't involve wearing it.

MARK: What's your problem, Dem?

[The two men stop walking.]

DEMETRI: You puttin' on that bracelet, [pause] it's like saying you want the future to happen.

MARK: Believe me, I don't.

[Demetri and Mark walk into Mark's office.]

MARK: But let's be honest about why you're so worked up here. It's not my future your worried about. It's yours.

[Quick scene of Demetri from the boardroom.]

DEMETRI: What if I didn't see anything because six months from now, I'm gonna be dead.

[Return to real time.]

MARK: You're panicked over what might happen. But if these flash-forwards, really are a window into the future, then we've gotta do everything we possibly can to use them to our advantage.

[Quick flash of board. Baby Doll Picture, convergence of strings, three stars, "Who else knows," D. Gibbons, Mark looking at board from a short distance. Back to reality.]

MARK: What about D. Gibbons? Have we made any headway with the name?

DEMETRI: There's about 15,000 D. Gibbons worldwide, 4,000 in the U.S. and of those about a 1,000 have criminal records. The bureau's working with some local P.D.s to knock on doors but it's gonna take some time.

MARK: We don't have time.

DEMETRI: We don't even know if D. Gibbons is important. Remember that.

MARK: That name was on my office wall six months from now.

[Quick piece of Mark's flash. D. Gibbons, Mark leaning against the board, D. Gibbons, red laser site beam, Mark looking at the calendar page with "Who else knows?'" Back to reality.]

MARK: This person's important.

[Janis enters Mark's office.]

JANIS: Hey. You guys ready to have your world rocked? You know our person of interest, D. Gibbons? Well she just strolled into our office asking for an Agent Demetri Noh.

[Wedeck and D. Gibbons are seen through the office window chatting. Switch to an office where D. Gibbons is sitting in a chair and holding a box. Mark, Demetri, Wedeck and Janis are present.]

MARK: Let's just start from the beginning.

DEEDEE GIBBONS: [nods to Mark] My name is DeeDee Gibbons, short for Deirdre. I'm 45 years old. I live in Anaheim and I own a cupcake store, Didelicious cupcakes. I brought some.

[She quickly shakes the box she is holding. She opens the box and points at the cupcakes., two of each kind. Demetri puts his head in hand.]

DEEDEE GIBBONS: Peanut butter chip, carrot cake and red velvet. They're quite good.

[Mark has a puzzled look on his face.]

DEEDEE GIBBONS: Well, I've never been arrested. I've never had so much as a speeding ticket or anything like that, and [exhales deeply] but, I'm nervous. [glances at the board] You're already investigating me, and, and I haven't done anything yet, or I, Wo, won't.

MARK: Did you see something in your flash-forward?

DEEDEE GIBBONS: It was so strange. I was in my store and I was arguing on the phone with someone.

[DeeDee's flash-forward is being shown as she speaks about her flash-forward].

DEEDEE GIBBONS: [flash] I don't know anything about any cockadoody pigeons. [reality] Scared, angry. I was so snippy and... [flash] You need to talk to Agents Benford and Noh. They're with the FBI. Criminy, it is Noh, N-O-H. It's his last name. Chinese or Mongolese or one of the -ese. Asian. I don't know! Just leave me alone! [takes a bite of a cupcake] That was good. [back to reality] In my church, we've been talking about these visions., what they might mean and my pastor suggested I contact you. So I called FBI offices until I found an Agent Noh.

DEMETRI: It's Korean, by the way.

DEEDEE GIBBONS: [whispering] I'm a good person.

[The scene changes. All are in the office except DeeDee. Gibbons.]

DEMETRI: She could be lying. I mean we just can't people at their word when they talk about what they saw.

MARK: Did she look like she was lying?

DEMETRI: No, but it's pretty convenient her walking in here like this with the cupcakes and the snippy and the, and the pigeons.

MARK: Could be nothing. Could be the key that unlocks everything.

DEMETRI: [sarcastically to Mark] According to your years of investigating global blackouts, right?

WEDECK: Mark's right. At this point any detail could be significant. Run a background check. [holding box of cupcakes] I'm gonna log these in to, uh, evidence.

[As Wedeck walks away, Mark follows him.]

MARK: Hey.

WEDECK: Yes.

MARK: Since we're running down details, why don't be circle back on what you saw?

WEDECK: I told you. I was in a meeting.

MARK: Yeah, but like Demetri said, I can't just take your word for it.

WEDECK: What?

MARK: In my flash-forward, gunmen were coming into the office. If you were in a meeting, you were here which means you might have seen something.

WEDECK: But I didn't see anything.

MARK: How can you be sure?

WEDECK: What?

[Wedeck puts the box of cupcakes down. He looks at Mark then closes the door. The window blinds rattle. He locks the door and turns to Mark.]

WEDECK: All right, I wasn't in a meeting. I was having a bowell movement.

[Wedeck's flash is shown while he is talking to Mark.]

MARK: Sorry I asked.

WEDECK: No, no, no, no. You wanted it, now you're gonna get the blow by blow. Wait, it gets better 'cause I was also on the can when the blackout happened.

[Wedeck is seen unconscious and leaning against the bathroom stall wall.]

WEDECK: When I woke up, I didn't know what happened. [flash shown] I banged my head against the side of the stall. I was a little out of it.

[Wedeck wobbly exits the stall. An agent is unconscious, kneeling on the floor with his head in the urinal bowl.]

WEDECK: [real time] Rafalski was in the john as well. [flash] What? [reality] Son of a bitch was drowning. [flash] Ugh! Ahh!

[Wedeck pulls Rafalski out of the urinal an the two men slide on tile floor.]

MARK: What'd you do?

WEDECK: What do you ting I did. [scene from flash of the CPR] I gave the poor bastard mouth to mouth.

[Mark tries not to laugh. Wedeck is angry.]

WEDECK: You speak about this, e-mail, text, fax, twitter, whatever, to anyone, I will transfer you to the ass end of the cornfield so fast your head will spin. Do you understand what I'm saying?

MARK: Yes, sir.

WEDECK: Get out.

MARK: [whispering] Mouth to mouth?

WEDECK: Get out!

[Switch to the hospital corridor where Charlie is sitting. Olivia has her toy.]

OLIVIA: Here we go. Full recovery.

CHARLIE: Squirrlio! Squirrlio! You're okay.

OLIVIA: He's still a little tender form his sutures. It's my recommendation that he remain ambulatory. Do you know what that means?

CHARLIE: Like an ambulance?

OLIVIA: Kind of. It means moving around. So do you want to take a walk?

[Charlie nods.]

OLIVIA: Let' do it.

CHARLIE: [to her toy] I'm gonna take extra, extra special care of you from now on. I'm making super special sure you're always going to be okay.

[Olivia's mind wanders. Snippet of Olivia's flash followed by a snippet of a conversation she had with Mark.]

MARK: [from past conversation.] You saw another man in our living room. What if Charlie saw the same guy too?

[More snippets of Olivia's flash up to where she rests her arms on the banister at the top of the stairs and talks to the man downstairs.]

OLIVIA: Hey honey.

[Back to real time. Olivia and Charlie continue to walk along the hospital corridor.]

OLIVIA: Un, sweetie. Just wait up.

[Olivia reaches for a chart then looks toward the room where Lloyd is with his son, Dylan. She points to Lloyd.]

OLIVIA: Baby, see that man there. Have you ever seen him before?

CHARLIE: [shakes her head] Uh, uh. Who is he mommy?

OLIVIA: He's nobody baby. He's nobody.

[Lloyd moves aside and now Charlie can see Dylan. Her disposition changes.]

CHARLIE: Dylan! What happened to Dylan? Who hurt Dylan? [crying] Who hurt him? Who hurt him?

[Olivia tries to restrain and comfort Charlie.]

OLIVIA: Hey, hey, hey, hey. Babe, he's fine. Mommy operated on him. He's fine. Dear heart, how do you know him?

CHARLIE: I saw him in my dream.

OLIVIA: You did? Where were you? Were, were you at our house?

CHARLIE: Who hurt him? Who hurt him.

OLIVIA: What did you see?

CHARLIE: How did he get hurt? Who hurt him. Who hurt him?

[Olivia hugs Charlie and comforts her.]

OLIVIA: Oh babe.

CHARLIE: Who hurt him?

OLIVIA: It's okay.

[Charlie repeats non-stop, "Who hurt him?" as her voice fades. Olivia looks at the room where Dylan is. Switch to downtown L.A. The whirring of helicopters continues. Switch to Janis' office.]

WEDECK: What did you find out about DeeDee Gibbons?

JANIS: Well, N.C.I.C. gives her a clean bill of health and aside from a few parking violations, the woman is a saint.

DEMETRI: Hmm.

JANIS: The only thing even remotely resembling any kind of hiccup are a couple of credit card charges made last week. It was two purchases on the same account at nearly the same time. One for a manicure in Newport Beach and the other at a gas station in Utah, like two minutes later.

DEMETRI: It’s a cloned card. It's gotta be a cloned card.

MARK: DeeDee said she was having an argument in her flash-forward with her credit card company, maybe…

DEEDEE GIBBONS: [from her flash] sick to death of you people harassing me.

WEDECK: Argument about pigeons?

DEEDEE: [from her flash] Cockadoody pigeons!

MARK: Maybe the pigeon's a person. The name of whoever stole her credit card and charged it in Utah.

JANIS: Fourteen people with the last name Pigeon in Utah.

WEDECK: Any criminal records?

JANIS: Not unless you include jaywalking and indecent exposure

WEDECK: DeeDee said in her flash-forward she was arguing about pigeons. Is there some place in Utah where, I don't know, there's a lot of pigeons?

DEMETRI: [sarcastically] Wow. That's good. No, no, as theories go that one's really, um, really thin, actually.

MARK: points to Wedeck.] Tell us again why you're the boss.

JANIS: 'Cause he's a genius. There's not "a lot of pigeons" in Utah but there is one.

MARK: Pigeon isn't the name of a person. It’s ….

JANIS: It's a place. Pigeon, Utah.

WEDECK: [smugly] Contact the bureau field office in Salt Lake City and get them running this down. In the meantime, see if there's anything else for us to go on.

[Olivia is standing outside the closed-door office.]

MARK: Excuse me.

WEDECK: I understand. Go ahead.

[Mark exits the office.]

OLIVIA: [whispers] Hey, I'm sorry. Do you have a minute?

MARK: Sure.

OLIVIA: Uh, so I took Charlie with me to the hospital and she saw a boy she recognized from her vision.

MARK: Did she tell you what she saw?

[Charlie is sitting on a bench, out of hearing her parents. She is coloring.]

OLIVIA: No, she just imploded.

MARK: Come to see daddy work, Charlie bear?

CHARLIE: Hi, daddy.

MARK: Hi. How are you?

CHARLIE: Good.

[Mark and Olivia walk pass her.]

OLIVIA: She seemed to really care about him. Seeing him in his hospital bed, she was, she was worried for him.

MARK: Well, 'cause he was in the hospital. That's probably where she met him sometime in the next six months.

OLIVIA: [flatly] Maybe.

MARK: What? What's the matter? What's up?

OLIVIA: [exhales deeply] His father, [pause] the boy, [pause] his father is the man I saw. His name is Lloyd. Lloyd Simcoe. His son is….

MARK: His son is your patient.

OLIVIA: But Lloyd didn't recognize me. I'm positive.

MARK: You don't think?

OLIVIA: No, I've thought about it and I realize that I saw him, [Olivia flash snippet in background] but before he turned around, the flash-forward ended. So I don't think he saw me.

[Mark is not convinced.]

OLIVIA: It doesn't matter what I saw. This man means nothing to me.

MARK: For now.

OLIVIA: Oh come on. That's not fair. You can't punish me for something that I haven't done. Some…

[The two stop talking as a man enters and exits the area.]

MARK: I'm not [pause][to man ] Hey.

MARK: I'm not punishing you , Livvy. It's just, what was that man doing in our home? I seem to remember you, uh, you told me you had feelings for him.

OLIVIA: Well, you said you were okay. Obviously, you're not.

MARK: Until three days ago, you'd never met this guy. Now you have. [pause] The future's happening Livvy.

OLIVIA: What if we just saw a possible future, like a warning? I am never gonna be unfaithful to you, Mark.

MARK: I don't know what "never" means anymore.

DEMETRI: Excuse me. Hey, We just checked with the field office near Pigeon. DeeDee Gibbons' cloned card just got run. Our unsub just bought a bus ticket.

MARK: Makes sense. Planes are still grounded.

DEMETRI: Ticket's for tonight. D. Gibbons is blowing out of town. We got a chopper waiting.

MARK: [to Olivia] I, uh, I gotta go.

[Mark walks away, leaving Olivia standing alone. Switch to a helicopter flying to and landing in Pigeon, Utah. A woman greets Demetri and Mark.]

SHERIFF KEEGAN: Welcome to Pigeon. I'm Sheriff Keegan.

MARK: Mark Benford. This is Agent Noh.

DEMETRI: How are you?

SHERIFF KEEGAN: Why is this man so important? Did he have anything to do with the blackout?

MARK: He's a person of interest.

SHERIFF KEEGAN: Well, we've set up a stakeout across from the bus station in case he does show. It's like an invasion. Your Salt Lake City Field Office practically sent an army.

MARK: We're not looking to horn in on your turf.

SHERIFF KEEGAN: That's too bad. We could use someone to tell us what to do. Everyone in town is fixated on these visions they experienced.

MARK: Does that include you?

SHERIFF KEEGAN: Not exactly. It's a little boring but I didn't see anything.

DEMETRI: Really? Nothing?

SHERIFF KEEGAN: Quite frankly, I'd rather not be any other way. The people I know, the ones who say they saw their futures, they're torturing themselves over it. [all three pause] Let's go.

[Switch to the FBI office in L.A. Wedeck, Janis and Markham are looking at video from the stadium.]

ANASTASIA MARKHAM: I wanna know everything we're doing to identify this person in the stadium.

WEDECK: What would be the point? I thought you didn't think this was, [pause] what was the term you used? "Scheduled Event?'

ANASTASIA MARKHAM: Are you going to brief me or crow about this some more?

WEDECK: Honestly. I don't see why I can't do both for a little while.

JANIS: We're calling him "Suspect Zero."

ANASTASIA MARKHAM: How do we even know this is a "him" we're looking at?

JANIS: Video forensics. Do you see how his head is the exact height of the bleacher right there? Well that is a six-foot wall and using that as a reference point and accounting for camera angle and distance, we can estimate that this person is 5'8" and 150 pounds which makes the odds of this being a female less that one in forty.

ANASTASIA MARKHAM: Can the image be enhanced further?

JANIS: Data services has already blown out the pixels but we're sending it to the N.S.A. to see if the Fort Meade supercomputers can do anything else with it.

WEDECK: Look at him walking around. Not a care in the world. Not the least bit surprised which means he knew the blackout was gonna happen. Which means he was involved.

ANASTASIA MARKHAM: Conspiracy theory is comforting. It presents you with an enemy, gives you someone to arrest, put on trial.

JANIS: Well this is not a visual effect we're looking at. This man is real.

ANASTASIA MARKHAM: I just hope we can find him before he does something worse.

JANIS: What's worse than causing worldwide devastation?

ANASTASIA MARKHAM: Causing it twice.

[Switch to the hospital. Bryce is sketching a woman. He gets interrupted.]

LLOYD: Hey Dr. Varley. My son's asking for some kind of non-hospital hamburger. You know, wrapped in paper with a toy. Is that sanctioned given his condition?

BRYCE: Actually, uh, it's good that he's getting his appetite back. His vitals are looking good. You're son's a fighter.

LLOYD: Well, he's gonna need to be.

BRYCE: Everything's gonna be okay, Mr. Simcoe.

LLOYD: Well, how can you be so sure?

BRYCE: I've seen the future. Look I know everyone saw something different. For me, it was something positive. For others, maybe it was something bad. But either way, I've gotta believe, I do believe that there is a gift in the knowing. The test of who we are now is what we choose to do with what we've seen. That's an amazing thing.

[Switch to the bus station in Pigeon, Utah. Mark and snipers are alertly watching the station. A bus pulls away. He hears the crackle of his walkie-talkie.]

MARK: [low voice] Go for Benford.

SHERIFF KEEGAN: It's Keegan. D. Gibbons never even picked up his ticket.

MARK: [normal voice] But you have the exits out of town road-blocked.

SHERIFF KEEGAN: Sure, but he still could make it out of here on foot. For that matter, we don't even know if it’s a "he." We don't know who we're looking for.

DEMETRI: Damn it. I knew it. Look, Mark, that was a good shot, okay but maybe these future clues of yours are just …

MARK: Bogus?

DEMETRI: Well, I wasn't gonna be that harsh, but yeah. Face it. It's been a little bit of a goose chase here, man.

MARK: Tell that to DeeDee Gibbons. And what about [points to friendship bracelet] this? I saw it in my vision and it came true.

DEMETRI: Has Charlie made you one of those before?

MARK: Yeah.

DEMETRI: Okay, well then it's not that amazing. Coincidences happen all the time. That's why they're called coincidences. People see patterns in tealeaves and clouds.

[Mark is looking downward and not replying. Demetri pats him on the arm.]

DEMETRI: Come on. Let's go home.

[Demetri looks to the sniper and signals the end of watching the bus station.]

DEMETRI: Yo!

SNIPER: [in distance] All right that's it. Kill it. Let's go.

DEMETRI: [to Keegan] Sorry about the circus.

SHERIFF KEEGAN: Sorry it didn't pan out.

[As they walk away from their assigned positions, Mark sees something.]

MARK: Sheriff, what's that place over there?

SHERIFF KEEGAN: Divine Doll. A mom and pop operation. They went bankrupt a few months ago along with most of the town. It's vacant now.

[A snippet from Mark's flash. The picture of a doll with a melted head on the board.]

MARK: In my vision, there was a photo of a doll next to a card with the name…

DEMETRI: D. Gibbons.

MARK: [to Demetri] You telling me that's a coincidence, too?

[Mark, Demetri and Keegan, flashlights in hand, walk to a gate. They walk through and are surrounded by old debris. They come to a door that is padlocked.]

MARK: [to Keegan] You think this qualifies for probable cause?

SHERIFF KEEGAN: The county judge will. He's my father-in-law.

[Demetri hands a pipe to Mark. He bangs the padlock and it falls to the ground. The door squeals as it is pushed open. Demetri, Mark and Keegan enter. Mark looks up and sees windows then a shadow moving right to left.]

MARK: [to Keegan] I thought you said this place was vacant.

SHERIFF KEEGAN: It's supposed to be.

[The three draw and cock their handguns. The shadow moves again, left to right. As they walk forward, Mark looks down and notices boxes with various doll pieces. They see a flight of wooden stairs. Mark looks up and sees a group of dolls being hung, literally, in a circle. Mark starts up the steps. Demetri and Keegan follow. None of them are looking down at the steps. Mark steps on a wide piece of, what looks like, duct tape. A bell starts dinging. On the outer edge of the duct tape, a strip of lights blinks, on and off,. A pulley squeaks as the rope is being pulled along. The suspended dolls move in a circle. Children's' voices are heard singing.]

Ring around the rosy
Pocket full of posies
Ashes, ashes
We all fall down


[Mark and Demetri come to a door that leads to where the shadow is moving. Mark bangs on the door.]

MARK: FBI! OPEN UP!


Ashes, ashes
We all fall down!


[Demetri kicks the door open. A man is standing a ways back. Both his arms are outstretched to each side. He is holding a lighter in each hand.]

MARK: D. Gibbons, get down! Don't move!

DEMETRI: On your knees! Freeze!! On your knees!

MARK: Are you alone here? On your knees! Don't move!

DEMETRI: Don't move! Get down!

[A timer is showing 11:12. Liquid is bubbling in a tank. There is an electrical apparatus in the tank.]

DEMETRI: Get down!

MYSTERIOUS MAN: He who foresees calamities suffers them twice over.

MARK: What'd you say?

[The man drops a lit cigarette lighter in each tank and the tanks immediately burst into flames. Gunfire begins. The man shoots Sheriff Keegan. Mark and Demetri fire blindly. The man exits a door behind the tanks. Demetri checks Keegan, takes her com and calls.]

DEMETRI: Officer down!

[Mark tries to reacquire his target. The mysterious man forcefully pulls on a rope and the pulley set up engages. A string of grenades have their pins pulled. A monitor is shown in the middle of a chess game waiting for the white player to make a move. Large fireballs accompany an extremely loud explosion. From outside, fireballs are bursting windows and walls. Various explosions are happening in all directions. Switch to inside the factory in the aftermath of the explosions. Sirens are blaring in the distance. A fireman walks passed a crate of burned dolls. Sheriff Keegan is being put in a body bag. Everyone is wearing gloves and some are wearing masks over their nose and mouth.]

MARK: All right fellas. Take her away.

[A voice is heard over a radio barely audible. Another man is taking pictures of the burned dolls. Mark notices him and walks over.]

MARK: Excuse me. Could I take a look at the photo you just took?

[The man hands the camera to Mark, he cycles back a picture and he sees a burned doll head in the LCD. Quick snippet from Mark's flash - Yellow card with Baby doll photograph on the board, picture of a melted doll head with evidence marker 8, same as in real time. In the background a radio calls are heard.]

[Demetri walks over to Mark with evidence bags. Mark hands the camera back.]

MARK: Thanks.

DEMETRI: The shooter's in the wind.

MARK: Hey Dem, I'm, I'm sorry about Keegan. I know what you must be thinking but…

DEMETRI: Can we talk about that later?

[Mark nods.]

DEMETRI: What we got now is cell phone and white queen.

MARK: So who's our Bobby Fisher playing chess with?

DEMETRI: Exactly.

MARK: Chess pieces, dolls. What the hell was he doing here, Dem?

[Mark looks at the phone and chess queen.]

DEMETRI: E.R.T. guy's best guess is he was doing some heavy duty computer hacking. According to data forensics, our guy's been super busy since the blackout. He's been hacking into nets all over the world. V.L.A, New Mexico, particle collider at C.E.R.N., G.P.S network. Even tried to hack into Mosaic through the N.S.A.

MARK: Why?

DEMETRI: I think he was ruling out possible causes. I don't think we are the only ones investigating why the blackout happened.

[Mark and Demetri look at each other. Switch to LA hospital where Lloyd Simcoe is sitting at a outdoor table. Olivia is carrying Charlie out of the hospital.]

LLOYD: Dr. Benford. Your patient pulled through, I see.

OLIVIA: [chuckles] I'm sorry I didn't get to see your son today. I was really busy. All human patients, I swear.

[Lloyd nods.]

OLIVIA: [chuckles] I should get her home.

LLOYD: Ah, you know, I've been sitting here, thinking of a way to tell my son that his mother is dead.

OLIVIA: [pause] Well, however you tell him, just be sure to tell him you love him.

LLOYD: Is parenting really that simple?

OLIVIA: It's the only simple part. Take care, Mr. Simcoe.

[Nick Drake's "Place to Be" is playing in the background. As the lyrics play, various scenes are shown. Olivia walking away from Lloyd, Mark putting the picture of the melted doll on the board next to the paper D. Gibbons real time, Mark putting the picture of the melted doll on the board next to the paper D. Gibbons flash time, real time Mark looking at the friendship bracelet on his wrist, flash of him looking over the entire board, real time looking at the board. Lloyd sitting in the hospital in pensive thought, walks over to Dylan's bed and sits down.]



When I was young, younger than before
I never saw the truth hanging from the door
And now I'm older see it face to face
And now I'm older gotta get up clean the place.


LLOYD: I'm back Dylan. [pause] Now there's something I've been putting off telling you because I wanted you to get better first. And you know what? You really are getting better. I guess you're, [pause] I guess you're wondering why your mother hasn't come to see you yet.

DYLAN: She, she's not here.

LLOYD: [sighs] Yeah, that's [pause] that's right. Um. You see, Dylan,[pause] um when the blackout happened and when everyone fell asleep, your mother never woke up again. She was in an accident, and she, um…

DYLAN: She died?

LLOYD: [holds back tears] Yeah. [sniffles] but it's just you and me now, kiddo, but we're gonna be okay. I love you.

DYLAN: I wanna see Olivia.

[Lloyd is surprised and looks at Dylan. Switch to the FBI office.]

DEMETRI: 3 A.M. guys. I was just about to fall asleep. What's going on?

ANASTASIA MARKHAM: What's going on is that I'm eating crow.

WEDECK: [to Janis] Tell him.

JANIS: I managed to pull the I.M.E.I. number off the cell you and Mark recovered from Utah. And as it turns out, D. Gibbons made a series of six calls, five right before the blackout to another disposable cell.

DEMETRI: Well, a lot of people made calls before the blackout. Mark was on the phone with you when it happened.

JANIS: Yeah, I know but the sixth call was placed thirty seconds into the blackout. I traced it, [types] to another cell.

DEMETRI: D. Gibbons was on the phone with somebody else during the blackout.

JANIS: Yes, but not just any somebody. [types] The second call was placed to someone within range of three cell phone towers, allowing me to triangulate a position. Let me ask you this. What kind of a place has multiple towers to handle increased cell traffic?

DEMETRI: A baseball stadium.

JANIS: Yup. D. Gibbons was talking [types] to Suspect Zero.

WEDECK: And then there were two.

[The four look at each other. Demetri and Janis are now the only two in the cubicle.]

DEMETRI: How many postings so far?

JANIS: [typing] 900,00 and counting. The site's taken on a life of it's own. Everybody's got a story. Just trying to corroborate what they saw.

DEMETRI: I feel like an idiot. I've been ragging on Mark about all this future stuff but I gotta admit, these clues on his board, seems like they're actually panning out.

[Wedeck joins Demetri and Janis. He has DeeDee Gibbons with him and she has a box of cupcakes.]

WEDECK: Look who's up late, or early, depending on your prerogative .

DEMETRI: Hello.

DEEDEE GIBBONS: [opens box] Ginger Coconut. Blue Hawaiian Nothing says gratitude like tropical flavoring.

DEMETRI: Thank you. Thank you. We really didn't do anything.

DEEDEE GIBBONS: You don't think saving my credit score and my peace of mind isn't anything? Thank you.

DEMETRI: Thank you.

WEDECK: Enjoy your sugar rush but get back to work.

JANIS: Thank you.

[Demetri and Janis reach for a ginger coconut cupcake.]

DEMETRI: Mmmm.

JANIS: Oooooph. Flash-Forward is making my ass balloon tow sizes.

DEMETRI: Yeah but you saw yourself pregnant so your fat ass gets a pass.

[Demetri and Janis laugh.]

JANIS: You know, it's so funny. I've never had that 'ticking clock' [pause] feeling. You know, I've never even had the urge to have a baby. There I was …

[Snippet of Janis's flash-forward with an ultrasound in progress. Blonde woman speaking indistinctly.]

JANIS: …some blonde woman giving me an ultrasound.

DEMETRI: The sonographer, maybe she saw you, too. Maybe she's out there somewhere. Waiting for you to post something.

JANIS: Yeah.

[Licks her fingers then she smacks her lips.]

JANIS: Why not?

[Janis exhales deeply and begins to post on the website. It reads, "My name is Janis Hawk. I was getting an ultrasound … Snippet from her flash.]

JANIS: I wanna know.

ULTRASOUND ATTENDANT: It's a girl.

JANIS: [crying and sniffling] Okay.

[Back to real time. Janis is still typing. Stops and submits the post.]

JANIS: There. Your turn.

DEMETRI: I didn't see anything, Janis.

JANIS: Yeah. You know some people just think that means you'll be asleep.

DEMETRI: Or it means I'll be dead. I met a woman today who didn't have a vision. Five minutes after she told me, she was shot and killed.

JANIS: Have you talked to Zoey about this?

[Janis takes off her glasses, turns to Demetri and gives him her full attention.]

DEMETRI: In my experience, um, fiancés aren't really big on their grooms dying before the wedding. Ruins the first dance.

JANIS: Yeah.

DEMETRI: Heavy corpse.

[Janis chuckles.]

DEMETRI: It's bad wedding etiquette or something.

[Janis laughs.]

JANIS: Okay. If you're gonna be dead, and that's a big "if", don't you kinda wanna know how it happens?

DEMETRI: I don't know. [pause] I don't think so.

JANIS: Yeah, but if you know, maybe you can prevent it. And maybe there's somebody out there that has information that can help you.

DEMETRI: What the hell.

[Janis hands Demetri the keyboard. He types. Switch to the Benford house. Mark is sitting in front of the fireplace watching the flames. Olivia is walking down the stairs.]

OLIVIA: Hey, it's 3 in the morning.

MARK: Didn't want to wake you. Got back late.

[Mark raises the glass he is drinking from.]

MARK: Ginger ale?

OLIVIA: No. [long pause] How was Nevada?

MARK: Utah. Dead end.

OLIVIA: You all right?

MARK: [nods] At work, I'm making moves betting the future is gonna happen as I saw it. But here at home, with you, us, me, I'm praying it doesn't.

[Mark sets his glass on the coffee table.]

OLIVIA: Did I do the right thing telling you about Lloyd?

MARK: [nods] You did.

[Mark puts his arm around Olivia and pulls her close to him.]

MARK: [nods] We shouldn't keep secrets from each other.

[Snippet from Mark's flash as he drinks from a flask. Back to real time.]

OLIVIA: Why'd you make a fire?

MARK: [whispers] No reason.

[Close shot of inside the fireplace shows the friendship bracelet he was wearing, hanging around a log. It is burning. Switch to the FBI garage. Demetri is walking. Demetri's cell rings and he stops and answers.]

DEMETRI: This is Demetri.

MYSTERIOUS WOMAN: Mr. Noh, I'm sorry to disturb you, but I'm calling in response to your Mosaic board posting.

DEMETRI: My post? Already? Who is this? How'd you get this number?

[The woman is on a balcony of a tall building. In the background is the Hong Kong skyline at night.]

MYSTERIOUS WOMAN: I can't divulge that but I can tell you my vision involved you.

DEMETRI: Go on.

MYSTERIOUS WOMAN: In my flash-forward I was reading an intelligence briefing and [pause] I am sorry, there is no delicate way to say thing, but on March 15th, 2010, you are going to be murdered.

[Demetri stands frozen in place. He is saying nothing. Switch to the Benford house. Mark walks up the stairs, checks in on Charlie who is asleep. He sits on the bed and kisses her forehead.]

CHARLIE: You're home daddy.

MARK: [whispers] Sorry sweetie. I didn't mean to wake you. Go back to sleep.

CHARLIE: [sits up] Daddy?

MARK: Yeah, hon?

CHARLIE: The reason I was bad at school. [pause] It's cause the other kids were saying the flash-forwards are gonna come true.

MARK: Only the good ones, honey. I promise.

CHARLIE: So if the bad ones aren't gonna come true, why did people have them?

MARK: Think of 'em like a warning. You know like when Mommy is driving and the traffic light turns yellow. It means there's a stop sign is coming ahead.]

CHARLIE: So we don't crash.

MARK: Exactly.

CHARLIE: I don't understand my warning.

MARK: What do you mean? Did you see something scary?

CHARLIE: [nods] D. Gibbons is a bad man.

[END]

Source

Kikavu ?

Au total, 24 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Profilage 
31.07.2019 vers 16h

stephane25 
10.02.2018 vers 10h

SandyD 
20.12.2017 vers 18h

SonAltesse 
03.04.2017 vers 20h

RonanBart 
05.10.2016 vers 15h

magrenat 
Date inconnue

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

HypnoCup

Quel est ton personnage préféré ?

Clique ici pour voter

Ne manque pas...

Hypnoweb fête les 3 ans des HypnoCards, tentez de gagner votre carte préférée !
Les HypnoCards ont 3 ans | Misez !

Vote pour l'HypnoCup 2020!
Voter! | Teaser Youtube

HypnoChannel fête la Saint Valentin avec un bouquet de vidéos !
Notre cadeau | Un bouquet de vidéos !

Activité récente

Secondaires
12.02.2020

Actualités
Dominic Monaghan dans Waldo au côté de Mel Gibson et Charlie

Dominic Monaghan dans Waldo au côté de Mel Gibson et Charlie
Dominic Monaghan rejoint Mel Gibson et Charlie Hunnam au casting du futur film d'action Waldo, de...

La trilogie WWW de Robert J. Sawyer bientôt adaptée en série

La trilogie WWW de Robert J. Sawyer bientôt adaptée en série
Après FlashFoward, c'est au tour de la trilogie WWW (ou Singularité) née sous la plume de Robert J....

Jessica Alba et Gabrielle Union bientôt dans LA's Finest

Jessica Alba et Gabrielle Union bientôt dans LA's Finest
La série LA's Finest, reboot du film Bad Boys, arrivera sur Spectrum Video le 13 mai. Les 13...

Light as a Feather | Peyton List - Renouvellement

Light as a Feather | Peyton List - Renouvellement
La série Light as a Feather créée par R. Lee Fleming Jr a été renouvelée. En effet, Hulu lui accorde...

Magnum PI | En avant pour une 2ème saison !

Magnum PI | En avant pour une 2ème saison !
Ils peuvent afficher un large sourire, la série Magnum PI aura droit à une 2ème saison ! L'annonce a...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Téléchargement
HypnoRooms

ophjus, Aujourd'hui à 09:30

Pour bien commencer la semaine venez admirer le nouveau design de The Bold Type !

SeySey, Aujourd'hui à 11:00

Bonjour, nouveau design mais aussi sondage sur le quartier Outlander, pas besoin de connaître la série! J'attends vos avis & votes

ShanInXYZ, Aujourd'hui à 15:13

Nouveau Survivor chez Doctor Who et n'oubliez pas de venir voter pour le concours de Wallpaper

pretty31, Aujourd'hui à 15:14

Venez voter et départager les Wallpapers St Valentin sur le quartier 13 reasons why ! Merci aux participants, que de belles créations !

Locksley, Aujourd'hui à 15:38

Un membre HypnoVIP a accepté de répondre à nos question... Découvrez son identité et son parcours dans l'interview du mois !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site

Retrouvez la chaine Hypnoweb.net
sur Blasting News